Polémique «Charlie Hebdo»: Les propos d'Edwy Plenel sont «un appel au meurtre», selon Manuel Valls

POLEMIQUE L'ex-Premier ministre prend parti dans les tensions entre «Charlie Hebdo» et Mediapart en condamnant les propos du directeur de ce dernier...

F.R.

— 

Manuel Valls, lors des commémorations des attentats du 13-Novembre, à la mairie du 11e arrondissement de Paris, le 13 novembre 2017.
Manuel Valls, lors des commémorations des attentats du 13-Novembre, à la mairie du 11e arrondissement de Paris, le 13 novembre 2017. — PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

« Cette phrase, c’est très grave. C’est un appel au meurtre », a lancé ce mercredi Manuel Valls sur BFMTV et RMC. Et d’ajouter : « Critiquer Tariq Ramadan, critiquer l’islamisme, cette idéologie de mort, c’est critiquer, selon EdwyPlenel, l'islam et les musulmans. Ça, je ne le supporte pas. » Son attaque contre le directeur de Mediapart s'est poursuivie en des termes virulents : « Tous ces mots : guerre contre les musulmans, croisade... Ce sont exactement les mêmes mots, c'est la même sémantique utilisée par les islamistes, utilisée par la propagande de Daech. »

L’ex-Premier ministre, aujourd’hui député, commentait ici les propos avancés par Edwy Plenel dans le cadre de l’affaire Tariq Ramadan et la polémique sur la une de Charlie Hebdo qui a suivi. Le numéro montrait en couverture une caricature se moquant d’Edwy Plenel accompagnée du titre Affaire Ramadan, Mediapart révèle : on ne savait pas, en référence à l’islamologue Tariq Ramadan, qui fait l’objet de deux plaintes pour « viol ».

« La diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans »

Le 8 novembre dernier sur Franceinfo, le patron de Mediapart avait déclaré que « la une de Charlie Hebdo fai [sait] partie d’une campagne plus générale que l’actuelle direction de Charlie Hebdo épouse ».

Et d’ajouter : « M. Valls et d’autres, parmi lesquels ceux qui suivent M. Valls, une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est, alliée à une droite voire une extrême droite identitaire, trouvent n’importe quel prétexte, n’importe quelle calomnie, pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans, la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans. »

« Condamner à mort une deuxième fois » la rédaction de « Charlie Hebdo »

Pour rappel, Manuel Valls a assuré soutenir la rédaction de Charlie Hebdo en affirmant que « [ce sont eux] qui protègent les musulmans de France, ce n’est pas Edwy Plenel et ses sbires ».

Dans un édito publié dans le numéro sorti ce mercredi à la suite des propos d’Edwy Plenel, Riss, le directeur de Charlie Hebdo a accusé le directeur de Mediapart de « condamner à mort une deuxième fois » la rédaction du journal satirique.