Guy de Maupassant, l'écrivain télégénique

Raphaëlle Baillot - ©2008 20 minutes

— 

Avec 7 millions de télé­spectateurs et 27,5 % de part d'audience de moyenne, quoi de mieux que la saison 1 de « Chez Maupassant » pour démontrer que le fameux « virage éditorial » culturel du service public pouvait aussi faire des bons scores ? Depuis l'année dernière, les dirigeants de France Télévisions ne se sont pas privés de citer, reciter et ressasser la collection à tout bout de champ normand. Ils peuvent remercier le grand Guy : c'est sans doute un peu parce que le romancier est avant tout un « écrivain visuel » et parce que ses histoires sont d'emblée télégéniques que « Chez Maupassant » a séduit.

D'ailleurs, il est un des écrivains français les plus adaptés, près de 150 fois sur grand et petit écran. Le Rosier de Madame Husson, ce soir à 20 h 50 (lire ci-dessous), a déjà eu droit à une version, tournée en 1950 par Jean Boyer avec Bourvil. « Cette fois, j'ai fait différemment en plaçant le curseur sur le personnage féminin de Madame Husson, glisse Anne Andrei, scénariste de l'opus 2008. C'est vrai qu'il y a une immédiateté pratique dans l'écriture de Maupassant. En une phrase, il dépeint une situation. En ce moment, j'adapte du Balzac pour la collection 2009, et c'est plus compliqué car il joue davantage sur la palette du ressenti. »

Déjà, le réalisateur russe Eisenstein trouvait que les contes de Maupassant étaient de parfaits scénarios. « Je dirais presque qu'il était un cinéaste avant l'heure, ou un peintre, car ce qui domine chez lui, c'est l'oeil », atteste Jacques Bienvenu. Cet amoureux de l'écrivain et président de l'Association des amis de Maupassant vient de faire paraître une lettre inédite et frappante de l'auteur dans son bulletin « L'Angélus ». « Je suis comme la fenêtre ouverte d'une chambre vide devant laquelle défile le monde, se définit Maupassant en 1889. J'invite mes lecteurs à entrer pour regarder ce qui passe et ce qui se passe devant ce carreau. Rien de plus, je n'explique rien je ne commente rien. Je dis : voyez et comprenez si vous pouvez, je vous éclaire avec du jour et non pas avec mes commentaires. » Qui a dit que ces mots évoquaient la définition d'une caméra ?