Les esprits bien-pensants bien mouchés

R. B. - ©2008 20 minutes

— 

Outre leurs comédiens particulièrement crédibles, les deux histoires qui entament cette saison 2 ont un point commun : elles dénoncent avec un humour implacable l'hypocrisie des bourgeois, thème cher à Maupassant. A 20 h 50, Marie-Anne Chazel ouvre le bal des faussaires dans Le Rosier de Madame Husson. Dans les plis de la robe de veuvage en taffetas noir de cette grenouille de bénitier, aucun amour de Dieu. La bigote s'échine à dénicher LA jeune fille pure afin d'en faire la « Rosière » de Givors, symbole de vertu de la ville ? Oui, mais juste pour obtenir son ticket pour le paradis auprès du curé local, joué avec gourmandise par François Rollin. Une heure plus tard, il faudra regarder à deux fois sous le haut-de-forme de L'Ami Joseph, joué par Régis Laspalès : l'esprit républicain qui cite volontiers Voltaire, Hugo et Rousseau ne dissimule pas bien longtemps un goujat profiteur et jouisseur.