Prix RSF: Un journaliste polonais, un photographe iranien et un média turc primés

RECOMPENSES Loup Bureau, qui a passé 7 semaines en détention en Turquie, était l'invité d’honneur de cette 26e édition... 

20 Minutes avec AFP

— 

Loup Bureau journaliste Francais detenu depuis un 51 jours en Turquie, rentre en France
Loup Bureau journaliste Francais detenu depuis un 51 jours en Turquie, rentre en France — TRISTAN REYNAUD/SIPA

Le journaliste polonais Tomasz Piatek, le photographe iranien emprisonné Soheil Arabi, et le média en ligne turc Medyascope TV ont été récompensés mardi par le Prix Reporters sans frontières - TV5 Monde 2017, a annoncé l’association.

>> A lire aussi : La liberté de la presse n'a «jamais» été «aussi menacée» dans le monde, alerte RSF

Journaliste d’investigation au quotidien Gazeta Wyborcza, Tomasz Piatek, 43 ans, a remporté le prix RSF dans la catégorie « journaliste », et Soheil Arabi, 32 ans, dans la catégorie « journaliste citoyen ». Le « prix du média » a été décerné à la chaîne internet turque indépendante Medyascope TV. Le prix RSF récompense « des journalistes et médias s’étant illustrés dans la défense ou la promotion de la liberté de l’information ».

>> A lire aussi : «Forbidden Stories», un réseau pour continuer les enquêtes des journalistes assassinés

La remise des prix s’est tenue en présence de Loup Bureau, reporter indépendant de 27 ans, qui a passé 7 semaines en détention en Turquie, invité d’honneur de cette 26e édition, organisée, en partenariat avec la Ville de Strasbourg. Dix-huit journalistes et médias avaient été nominés.

Soheil Arabi a reçu son prix depuis la prison où il est incarcéré

Tomasz Piatek est poursuivi dans son pays devant un tribunal militaire polonais pour avoir publié un livre critique, Macierewicz et ses secrets qui met en lumière les liens entre le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz et les renseignements russes. « L’objet de mon travail est de rendre compte de la situation du journalisme en Pologne », a déclaré Tomasz Piatek.

>> A lire aussi : Liberté de la presse en France: «La situation n’a jamais été aussi mauvaise depuis 2013»

Soheil Arabi, 32 ans, est un journaliste « net-citoyen » arrêté fin 2013 à Téhéran, accusé d’avoir blasphémé l’islam. Maintenu à l’isolement pendant 2 mois, il a « subi de mauvais traitements dans le but de lui faire avouer son implication dans la mise en place d’un réseau sur Facebook blasphémant l’islam et diffusant des informations critiques du régime » de Téhéran. Il a été condamné 7 ans et demi de prison ferme en 2015, et mène une grève de la faim depuis fin août. « Pour avoir informé et lutté contre l’ignorance, j’ai passé mes meilleures années en prison (…) Je continue de résister », a déclaré Soheil Arabi dans un message écrit depuis sa prison, lu lors de la cérémonie.

>> A lire aussi : La Turquie, «plus grande prison du monde pour les journalistes» selon Reporters sans Frontières

Medyascope. TV, quant à lui est un média turc qui, à travers des vidéos diffusées en direct, « redonne voix aux journalistes marginalisés par la répression et aux journalistes citoyens ». Lancé en 2015 par le journaliste Rusen Çakir, Medyascope se sert des nouvelles technologies pour « rouvrir un débat public verrouillé en Turquie » depuis le coup d’Etat manqué de juillet 2016.