Après la Une des «Inrocks» sur Bertrand Cantat, «Elle» consacre son édito à Marie Trintignant

POLEMIQUE Après le tollé de la Une des «Inrocks», le magazine féminin a pris le contre-pied en publiant un plaidoyer contre les violences faites aux femmes…

Manon Aublanc
— 
Marie Trintignant sur le tournage de "Colette", le 2 juillet 2003 à Vilnius
Marie Trintignant sur le tournage de "Colette", le 2 juillet 2003 à Vilnius — Paulius Lileikis Lietuvos Ritas

Une semaine seulement après le tollé provoqué par la Une des Inrocks sur Bertrand Cantat, le magazine Elle a choisi de consacrer son édito à la victime de ce dernier, Marie Trintignant.

>> A lire aussi : Bertrand Cantat en une des «Inrocks»: Des actrices rendent hommage à Marie Trintignant

« Au nom de Marie », c’est le titre de ce plaidoyer en hommage à Marie Trintignant, morte le 1er août 2003 sous les coups de l’ancien chanteur de Noir Désir, et contre les violences faites aux femmes.

« Il en faudra davantage que la médiatisation obscène de Bertrand Cantat pour éteindre ta flamme »

La semaine dernière, beaucoup avaient critiqué le choix éditorial des Inrocks qui avait consacré sa Une au chanteur Bertrand Cantat, condamné il y a treize ans pour le meurtre de Marie Trintignant, avec pour titre : « Cantat, en son nom ». Le portrait du chanteur, qui a suscité un véritable tollé, avait été critiqué par des féministes et par des personnalités politiques, comme Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

>> A lire aussi : Le juge qui a libéré Bertrand Cantat: «Je le crois plongé dans une culpabilité profonde»

L’édito du magazine Elle est signé Dorothée Werner. La journaliste écrit : « Avec cette grâce si singulière, son visage est devenu celui de toutes les femmes victimes de la violence des hommes. Le visage des 123 anonymes tuées par leur conjoint l’an dernier. Celui des 33 inconnues, qui, chaque jour, dénoncent un viol en France ». L’édito s’achève avec un message très clair aux Inrocks : « Il en faudra davantage que la médiatisation obscène de Bertrand Cantat pour éteindre ta flamme. »