« Résistance », chasse au trésor mémorielle

Raphaëlle Baillot - ©2008 20 minutes

— 

Un classique : à chaque film historique, on nous refait le coup des images inédites. Le projet « Résistance » n'échappe pas à la règle. Mais cette fois sans pipeau de promo : l'auteur Christophe Nick a déniché un sacré butin. « Notre chance, c'est que ça fait trente ans que tout le monde cherche des images de la collaboration. » Mais il faut se donner de la peine. Ouvrir et ouvrir encore ces gros cartons des Archives nationales pour exhumer la pépite : le brouillon d'un discours de Pétain de 1940. Le passage sur les lois antijuives y est barré, et dans la marge, son entourage politique a noté : « Pas encore, le pays n'est pas antisémite. » « Les historiens pensaient que ce document était perdu à jamais », sourit Nick.

« Résistance » recèle aussi un incroyable défilé de maquisards à Oyonnax. Les plans attendaient leur heure depuis trente-cinq ans... au musée départemental de l'Ain ! Saut de mille kilomètres, c'est au Bundesarchiv de Berlin que l'on découvre les images amateurs de soldats allemands. « Charger une pellicule poussiéreuse sur des tables de montage des années 1950 et découvrir après des heures de fouille une séquence où une résistante russe se fait massacrer à genoux par des nazis tout en les défiant du regard, c'est simple, tu chiales comme un gosse », explique Christophe Nick. Aux archives nationales du CNC de Bois d'Arcy, autre « choc inouï » avec la découverte de mini-films d'associations juives, destinés à lever des fonds d'aide à l'étranger. « Parmi des gosses à l'air perdu, une petite chante, mais un texte qui défile en yiddish nous intrigue. On a découvert après traduction que tous ces gamins sont morts déportés en 1942. Personne n'avait visionné ça depuis l'archivage après-guerre. » Ce travail d'enquête, aussi salutaire que minutieux, a pris plus de trois ans aux équipes de « Résistance ». Et coûté 6 millions d'euros. France Télévisions en a payé 40 % sans voir au départ aucun synopsis ni scénario. Cette confiance rarissime, dont seul le service public est capable, a permis cette incroyable chasse aux trésors mémoriels.