Attentat de Londres: «Charlie Hebdo» déplore l’utilisation du mot «incident» par «Libé»

PRESSE L’hebdomadaire satirique dénonce l’utilisation du mot « incident » au lieu d'« attentat » pour parler de l’explosion qui a eu lieu ce vendredi à Londres…

Anne Demoulin

— 

Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, à Washington, le 1er mai 2015
Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, à Washington, le 1er mai 2015 — Andrew Caballero-Reynolds AFP

Une question de vocabulaire qui a son importance. Dans un billet posté ce lundi sur Facebook, Gérard Biard, rédacteur en chef du journal satirique Charlie Hebdo, interpelle Libération au sujet de l’emploi du mot « incident » par la correspondante du quotidien dans un papier intitulé « Londres : "On a entendu fire, fire" » au lieu du mot « attentat » pour désigner l’attaque à la bombe artisanale qui a fait une trentaine de blessés à Londres vendredi dernier.

>> A lire aussi : «On a un peu une épée de Damoclès sur la tête», explique Riss de «Charlie Hebdo»

« À partir de combien de victimes » ?

« De toute évidence, c’est bien le mot qui pose problème. On aimerait bien savoir pourquoi », interpelle le journaliste. Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo déplore qu’« on commence à être habitué à la sanglante routine terroriste », et lance « à partir de combien de victimes réduites en bouillie se croit-on désormais autorisé à employer le vocabulaire adéquat et à nommer ce qui doit l’être ? »