Un comité de soutien pour Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie

MOBILISATION Un groupe Facebook et une pétition ont été lancés pour demander la libération du reporter indépendant interpellé le 26 juillet en Turquie...

20 Minutes avec AFP

— 

Loup Bureau. Détail de l'image illustrant le groupe Facebook «Free Loup Turkey - Comité de soutien à Loup Bureau»
Loup Bureau. Détail de l'image illustrant le groupe Facebook «Free Loup Turkey - Comité de soutien à Loup Bureau» — Capture d'écran

Le journaliste français Loup Bureau est détenu depuis fin juillet en Turquie où il est soupçonné d’appartenir à une « organisation terroriste armée ». Ses proches ont annoncé ce lundi la création d’un comité de soutien. Plus de 2.800 personnes ont d’ores et déjà rejoint la page Facebook « Free Loup Turkey - Comité de soutien à Loup Bureau » et la pétition exigeant sa libération comptait ce lundi à 16h quelque 5.300 signataires.

Le journaliste indépendant Loup Bureau, qui a notamment signé des reportages pour Arte, TV5 Monde et Slate, a été interpellé le 26 juillet à la frontière entre l’Irak et la Turquie. Des photos sur lesquelles il apparaît aux côtés de combattants kurdes syriens des YPG – mouvement que le pouvoir turc considère comme terroriste – étaient en sa possession.

« C’est effrayant, je ne sais pas dans quel état il est »

Ces images sont celles d’un reportage qu’il avait effectué en 2013, a fait savoir son avocat. « Mon fils est innocent. (…) J’espère une solution rapide », a déclaré ce lundi sur RMC Loïc Bureau, le père de Loup Bureau. « Il n’a rien fait de spécial, à part faire un reportage avec des photos, un reportage public qui est passé à la télévision française. »

Selon le père du journaliste, son fils « est complètement isolé du reste du monde, puisqu’on nous annonce qu’il ne pourra avoir qu’un coup de téléphone d’une dizaine de minutes toutes les deux semaines et évidemment aucune visite. C’est effrayant, (…) je ne sais pas dans quel état moral il est. »

Plusieurs organisations de journalistes et de défense de la liberté de la presse dont la Fédération internationale des journalistes, Reporters sans frontières, les syndicats SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes, ainsi que TV5 Monde, ont lancé la semaine dernière des appels à la « libération immédiate » de Loup Bureau.