VIDEO. Comment Ruth Elkrief a sauvé la vie de Jérôme Lavrilleux, l’ex-bras droit de Jean-François Copé

SCANDALE Jérôme Lavrilleux avait fait des confessions sur l’affaire Bygmalion sur le plateau de la journaliste de BFMTV…

A.D.

— 

Jérôme Lavrilleux le 9 octobre 2015 à Paris
Jérôme Lavrilleux le 9 octobre 2015 à Paris — Florian David AFP

Trois ans après ses aveux télévisés sur le plateau de BFM TV, Jérôme Lavrilleux tente de se reconstruire, loin de la politique et des médias. Pris dans la tourmente de l’affaire Bygmalion, l’ancien directeur adjoint de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy et l’ex-bras droit de Jean-François Copé, s’est confié au journal Le Monde.

Des confessions sur le plateau de Ruth Elkrief

Le 26 mai 2014, Jérôme Lavrilleux, tout juste élu eurodéputé, décide de vider son sac sur le plateau de Ruth Elkrief sur BFM TV : les comptes de campagne auraient été truqués via des fausses factures pour maquiller des dépenses pharaoniques.

Ses confessions et révélations déclenchent une tempête médiatique, qui ira jusqu’à atteindre sa famille.

Il rentre chez lui après l’interview. « Je me suis dit : "Je n’en peux plus, j’arrête." Chez moi, j’ai une grange, alors j’y suis allé. Là, j’ai pris une grosse corde, et je l’ai passée sur une poutre… », confie Jérôme Lavrilleux à nos confrères du Monde.

Une tentative de suicide stoppée par un SMS

Alors qu’il est prêt à passer à l’acte, il reçoit deux SMS. Le premier, d’un journaliste de l’AFP, lui dit de tenir bon. Il fait un nœud coulant. « Et puis, je reçois un texto de Ruth Elkrief, qui me dit : "Jérôme, ça doit être très dur, mais il fera beau demain." Et là… Il fera beau demain… Cette phrase, je crois que toute ma vie, je ne… », poursuit-il ému.

« J’avais appris qu’il n’allait pas bien depuis l’interview, ça m’avait touchée. Je me devais d’être à la hauteur humainement, pas seulement professionnellement », raconte de son côté Ruth Elkrief. Son SMS a empêché Jérôme Lavrilleux de commettre l’irréparable.