Affaire Grégory: Le juge Lambert décrivait son suicide dans son dernier manuscrit

ROMAN Le juge Lambert a été retrouvé mort à son domicile...

L.B. avec AFP

— 

L'ancien juge Jean-Michel Lambert, en charge de l'affaire Grégory dans les années 80, a été retrouvé mort à son domicile le 11 juillet 2017.
L'ancien juge Jean-Michel Lambert, en charge de l'affaire Grégory dans les années 80, a été retrouvé mort à son domicile le 11 juillet 2017. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Un roman en forme de prédiction. La mort du juge Lambert ressemble étrangement à une scène qu’il a lui-même écrite dans un livre. Le premier juge chargé en 1984 d’instruire l’affaire Grégory a été retrouvé mort mardi soir à son domicile du Mans. « Il ne présentait aucune trace de violence, la tête étant recouverte d’un sac en plastique », a précisé le procureur. « Aucune trace d’effraction ni de désordre n’a été constatée sur place. Aucun écrit de nature à expliquer ce décès n’a été découvert », ajoute le magistrat. Une autopsie sera nécessaire pour déterminer précisément la cause du décès, même si la thèse du suicide est privilégiée.

>> A lire aussi : Les polémiques de l’affaire Grégory qui ont «hanté» le juge Lambert jusqu’à sa mort

D’étranges parallèles avec sa fin tragique

Avant de mourir, le juge venait de terminer un manuscrit, Témoins à charge, aux éditions De Borée, propriété du groupe Centre France. D’étranges parallèles avec sa fin tragique ont été relevés : le personnage du Professeur Chabert, qui lui « ressemble trait pour trait », se donne la mort « pour sauver son honneur ».

>> A lire aussi : « C’est de la folie… », confiait le juge Jean-Michel Lambert avant sa mort

BFMTV et La Montagne en publient certains extraits : « Le professeur de médecine Pierre-Louis Chabert, également député d’une circonscription du Maine-et-Loire, s’est donné la mort hier soir dans son bureau au Centre Hospitalier d’Angers. Le corps a été découvert par un confrère, la tête recouverte d’un sac plastique, une bouteille de whisky vide au pied du fauteuil. Cette personnalité éminente de la région, âgée de soixante et un ans, aurait laissé un message en évidence pour expliquer son acte de désespoir. Nous reviendrons bien entendu sur ce drame dans nos prochaines éditions. »

Pierre-Louis Chabert « n’a pas supporté d’être jeté en pâture »

Dans un autre extrait, il poursuit : « Ma cliente, qui agit également au nom de sa fille, se réserve le droit de porter plainte en diffamation suite aux rumeurs abjectes qui ont poussé au suicide un homme aux qualités morales exceptionnelles. Pierre-Louis Chabert était sur le point d’être entendu par les policiers suite à des accusations ordurières. Je regrette son geste de désespoir, car son audition aurait très vite mis un terme au poison de la calomnie. Pierre-Louis Chabert, cet homme digne des plus vifs éloges, n’a pas supporté d’être jeté en pâture à tous les esprits médiocres qui auraient continué de répandre et alimenter les soupçons les plus ignobles. »

Seule divergence : contrairement à son personnage, l’ancien juge n’aurait laissé aucun écrit pour expliquer un geste.