«Envoyé Spécial»: Des journalistes protestent contre l'éviction du rédacteur en chef

POLEMIQUE La direction de France Télévisions reproche à Jean-Pierre Canet de ne pas l’avoir informée de l’organisation d’un reportage à Mossoul, au cours duquel trois journalistes sont morts...

20 Minutes avec AFP

— 

La journaliste Elise Lucet présente «Envoyé Spécial» sur France 2.
La journaliste Elise Lucet présente «Envoyé Spécial» sur France 2. — Charlotte Schousboe - FTV

Le collectif de journalistes « Informer n’est pas un délit », la rédaction d’Envoyé Spécial et la société des journalistes de France 2 ont protesté mercredi contre l’éviction du rédacteur en chef de l’émission, Jean-Pierre Canet. « Alors que France Télévisions vient d’annoncer qu’il ne sera pas reconduit à la tête d’Envoyé Spécial l’année prochaine, nous affirmons notre soutien sans faille à Jean-Pierre Canet. Son indépendance, son exigence et sa rigueur lui ont permis de mettre à l’antenne des reportages ambitieux depuis des années », soulignent plus de 70 journalistes dans un communiqué, signé entre autres par la présentatrice d’Envoyé Spécial Elise Lucet et les SDJ de L’Express et de Télérama.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron tacle les journalistes politiques qui « ne servent pas à grand-chose »

Le protocole de sécurité respecté

La direction de France Télévisions reproche notamment à Jean-Pierre Canet de ne pas l’avoir informée de l’organisation d’un reportage à Mossoul en Irak, au cours duquel sont morts les journalistes Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiyar Haddad, dans l’explosion d’une mine il y a quinze jours.

« C’est avec professionnalisme que Jean-Pierre Canet, rédacteur en chef du magazine, ainsi que les autres rédacteurs en chef Séverine Lebrun et Sébastien Vibert, ont pris la décision d’envoyer sur le terrain une équipe de reporters aguerris et compétents. Et malgré un défaut d’information auprès de leur direction, la procédure éditoriale comme le protocole de sécurité ont bel et bien été respectés », assurent les journalistes.

Les journalistes ont exprimé « leur plus profond soutien » aux familles et aux proches de Véronique Robert, Bakhtiyar Haddad et Stéphan Villeneuve. « Pour l’intérêt général, nous devrons demain continuer à nous rendre dans les trous noirs de la planète, comprendre ce qu’il s’y passe et continuer à mener des investigations sans concession afin d’éclairer le public », concluent les journalistes.