Samuel Forey, journaliste blessé à Mossoul, lauréat du prix Albert-Londres

RECOMPENSE Tristan Waleckx et Matthieu Rénier reçoivent également le prix audiovisuel pour leur portrait de Bolloré dans « Complément d’enquête », et David Thomson le 1er prix du livre pour « Les Revenants »…

Vincent Julé

— 

Samuel Forey, lauréat du prix Albert-Londres 2017
Samuel Forey, lauréat du prix Albert-Londres 2017 — ERIC FEFERBERG / AFP

Il avait été légèrement blessé lors de l’explosion, qui a coûté la vie à ses confrères Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiyar Haddad. Le journaliste Samuel Forey a remporté ce mardi le prix Albert-Londres 2017 pour ses reportages publiés dans Le Figaro sur la bataille de Mossoul en Irak.

>> Irak: La journaliste Véronique Robert, blessée à Mossoul, est décédée

« Un courage et un sens du terrain évidents »

La cérémonie de remise de la plus prestigieuse récompense du journalisme francophone était d’ailleurs dédiée auxtrois journalistes mortellement touchés par une mine à Mossoul il y a quinze jours. Le jury a salué en Samuel Forey « un courage et un sens du terrain évidents, une justesse de regard et une écriture d’une vivacité, d’une tendresse et d’un humanisme qui le classent à l’évidence dans la lignée d’Albert Londres ».

>> A lire aussi : Vincent Bolloré poursuit France Télévisions en diffamation pour un numéro de «Complément d'enquête»

David Thomson, 1er prix du livre

Le duo Tristan Waleckx et Matthieu Rénier a, lui, reçu le prix audiovisuel pour un portrait de Vincent Bolloré diffusé dans Complément d’Enquête sur France 2. Nouveauté cette année, le 1er prix du livre a été attribué à David Thomson pour son ouvrage Les Revenants, une enquête remarquée sur les jeunes jihadistes français qui rentrent de Syrie ou d’Irak, publiée d’abord sur le site Les Jours, puis éditée au Seuil et écoulée à 40 000 exemplaires.

Créé en 1933 en hommage au Français Albert Londres (1884-1932), père du grand reportage moderne, le prix récompense chaque année le meilleur reporter de presse écrite, et, depuis 1985, le meilleur reporter audiovisuel, de moins de 40 ans. Les lauréats reçoivent chacun 3 000 euros.