Ma mini-série en folie sur Internet

MEDIA Des créations courtes et créatives issues du Web s'imposent de plus en plus sur les chaînes de télévision...

Anne Kerloc’h

— 

DR

Born in the Web! Le point commun entre «Quarterlife», «Les têtes à claques» et «La p’tite couronne»? Ce sont toutes des Web-séries, nées sur le Net avant de migrer vers la télé. Explications.

• Avec trois sous, on s’amuse comme des fous Un Mac équipé d’un logiciel de montage, un caméscope, trois copains, et c’est parti! Michel Beaudet, des «Têtes à claques», diffusé sur Canal+, a commencé seul avec ses poupées et sa pâte à modeler. Maxime Potherat, réalisateur de «La p’tite couronne», en mars sur MCM, a dépensé «200 € pour chaque pilote posté sur Dailymotion, autant dire rien…».

• Le talent y fait des buzz «Depuis deux ans, on cherche de plus en plus sur le Net, note Arielle Saracco, directrice des programmes de Canal+. On est en quête de talents et de ponts intelligents avec la télé.» Romain Roux, directeur général de Titanium Entertainment et producteur de «La p’tite couronne», compte deux personnes dans son équipe «contractuellement tenues à deux heures de recherche par jour sur des sites de vidéos». L’émission burlesque a ainsi été repérée alors qu’elle affolait déjà Dailymotion avec des centaines de milliers de vues.

>>> Pour voir des extraits des séries, cliquez ici...


• C’est court, mais créatif Une minute trente, huit minutes… les formats sont mini, mais la créativité n’est pas ratiboisée. «C’est un nouveau langage visuel, avec des plans rapprochés, note Julia Ternet, qui a acheté pour Filles TV “Prom Queen”, diffusé à partir d’avril. Et l’écriture est incroyablement rythmée. En une minute trente, il faut avoir des infos sur les personnages et un climax!» Quant au ton, il importe souvent la liberté plus déchaînée propre à l’esprit du Net. Burlesque, humour épais ou décalé sont appréciés!

• Un média, deux médias, trois… Pour «Prom Queen», le site Internet de Filles TV fera monter le buzz dès le 11 février! Et une déclinaison sur téléphone est à l’étude. «Les têtes à claques», elles, sont visibles chez SFR.