Mojitos, plage, teuf et réveil à six du mat': le programme de «Bruno dans la radio» à Ibiza

MATINALE Pour la 3e année consécutive, Bruno Guillon et son équipe clôturent la saison en direct du temple de la fête…

Clio Weickert

— 

Pour la dernière de la saison, l'émission Bruno dan sla radio a été délocalisée à Ibiza le 29 juin 2017
Pour la dernière de la saison, l'émission Bruno dan sla radio a été délocalisée à Ibiza le 29 juin 2017 — Ushuaïa Ibiza

« Bienvenus sur la première radio dancefloor les amis ! » En temps normal, c’est depuis le cœur de Paris que Bruno Guillon réveille chaque matin les auditeurs de Fun Radio. Mais pour clôturer la saison, et pour la 3e année consécutive, l’animateur de la matinale et ses acolytes ont installé leurs micros sur le toit de l’hôtel Ushuaïa jeudi et vendredi, à Ibiza.

>> Bruno Guillon : « Ces audiences sont irréelles. Je crois que c'est du jamais vu... »

Ibiza, ses clubs démesurément grands, ses milliers de teufeurs et ses nuits interminables (ou ses journées, question de point de vue). Un comble pour une matinale non ? Invité par Fun Radio, 20 Minutes a assisté à cette kermesse de fin d’année sur l’île blanche, pour comprendre comment cette bande de lève-tôt s’acclimate au pays de l’insomnie (avec David Guetta pour président).

« Un petit mojito près de la piscine ? »

Arrivée la veille de la première matinale « délocalisée » en mer Méditerranée, c’est en toute détente que l’équipe se met au rythme d’Ibiza. « Un petit mojito près de la piscine ? », nous balance Bruno Guillon, guilleret, à l’heure du goûter. Intérieurement, on se dit que certains vont moins rigoler le lendemain matin… Rebelote à l’apéro, où on ne boit pas que de l’eau (mot-dièse Euphémisme) du côté des animateurs*, qui trinquent avec la dizaine d’auditeurs conviés à les suivre dans leur périple ibicenco. Bruno quant à lui, se réserve, « quitte à faire plus la fête demain ». Mais le verdict de 20 Minutes est sans appel : ça va piquer sur la terrasse à l’aube.

>> A lire aussi : Comment survivre à une cuite au rhum ?

C’était mal connaître Bruno Guillon. Contrairement à l’auteure de ces lignes, l’animateur et ses camarades sont frai comme des gardons au moment de réveiller les auditeurs de Fun, dès 6 heures. Mais il faut dire que les zigotos ont de la bouteille.

Une vie d’ascète

Pour tenir en matinale, « il n’y a pas de secret », affirme Bruno Guillon, il faut une hygiène de vie impeccable. Si l’animateur fait une légère incartade pour Ibiza, en temps normal le programme, c’est : coucher à 21h, lever à 3h30 et antenne à 6h. L’après-midi, pas question de faire une sieste, place au sport. « Ce rythme de vie me permet d’avoir l’instantanéité de la vanne. Si je suis fatigué, elle arrive dix secondes après, et c’est trop tard ». Un sacré sacrifice sur l’autel de la vanne quand même, non ? « C’est un véritable sacerdoce, mais c’est aussi une thérapie. En tout cas moi j’ai besoin de mon micro et de mon équipe.

Justement, quid des autres zigotos qui l’accompagnent quotidiennement de si bon matin ? « Tu ne prends jamais vraiment le rythme, et chaque réveil est différent, estime Elliot, adepte de la sieste de l’après-midi. Mais dès que le micro s’allume, tu es pris par l’adrénaline de l’émission, les auditeurs et l’ambiance dans l’équipe ». Le professionnalisme avant tout, donc.

« On a une chatte de ouf »

« La première fois que je suis venu, j’ai tenté la nuit blanche, avoue Elliot, mais je l’ai bien regretté le lendemain matin… ». Karine, la fille de la bande, est intransigeante : « Le truc, c’est de toujours dormir, même 1 heure ou deux seulement. » Sommeil léger ou non, jeudi matin, les joyeux lurons n’ont en tout cas pas manqué le rendez-vous avec leurs auditeurs et le soleil levant. Mais il faut dire quele cadre a joué pour beaucoup. « On a une chatte de ouf d’être là, explique Elliot, c’est comme une fête de fin d’année à l’école, et on veut vraiment faire partager ça avec ceux qui nous écoutent ».

« Je suis payé à faire le con, c’est le plus beau métier du monde », estime Bruno Guillon, toujours aussi satisfait et reconnaissant au bout de 20 ans de matinale (dont 6 sur Fun Radio), et ravi de clôturer la saison à Ibiza. Et si l’animateur a joué la sagesse pour commencer, le démon de la nuit n’est jamais très loin… Vous n’en saurez pas plus cependant car comme le rappelle l’un des jingles de ces matinales si spéciales, « ce qui se passe à Ibiza reste à Ibiza, sauf les MST. »

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.