D'égérie présidentielle à muse publicitaire

Raphaëlle Baillot - ©2008 20 minutes

— 

Si le président cherchait à faire oublier strass et people pour remonter dans les sondages, c'est flingué : le « Bang Bang » prend le relais du « bling-bling ». Car sa mie Carla Bruni chante ce tube de Nancy Sinatra dans un spot de pub qui passe actuellement sur les télés de France et d'Italie. Sur Paris Première, InfoSport, I-télé, et Canal+, la belle Turinoise s'est muée en muse de la Musa de Lancia. Le film, tourné fin septembre à Budapest, la met en scène dans une limousine. Elle y joue de la guitare en robe à paillettes (plan sur les pieds et les jambes nues). Puis grimpe des marches (plan sur le popotin), se retourne et prétend tirer sur la pauvre Limo. Comprendre « ma Musa est mieux ».

Le Président a-t-il donné son avis ou son aval ? L'activité de femme-sandwich luxe et sexy se marie-t-elle avec la qualité de première girlfriend de France ? A l'Elysée, on sert des « pas de commentaire », tandis que Lancia se frotte ouvertement les mains. « Musa va gagner en notoriété, même s'il faut garder la tête froide et que les ventes ne vont pas se multiplier par trois. Un tel coup de pot, ça n'arrive pas tous les jours ! », sourit Arnaud Belloni, directeur de Lancia France. Car la marque a choisi son égérie l'été dernier, avant le début de l'idylle présidentielle. « La campagne de pub a commencé en octobre, mais elle n'a pas été remarquée. Aujourd'hui, nous laissons le buzz venir, sans en faire trop », poursuit Arnaud Belloni. Lancia, qui refuse de révéler le cachet de Carla Bruni, jure que les cinq ans de garantie de la Musa n'ont rien à voir avec le quinquennat... mais entretient tout de même le filon. Jeudi, une offensive presse a commencé dans Madame Figaro, Elle, L'Express, Le Nouvel Obs, Le Point, Psychologies, Elle Déco, ou Marie-Claire Maison. Pendant les vacances de février, elle s'étendra à Paris Match, VSD et Gala ! « Nous avons choisi ces supports pour toucher les femmes aisées, urbaines et modernes qui travaillent. » Début février, un deuxième film télé sera lancé. Carla Bruni y enterrera la Limo... sauf si le coup de bol se transforme en coup de grisou : Lancia ne craint rien tant qu'une rupture de contrat pour cause de veto présidentiel.