VIDEO. Canular homophobe sur «TPMP»: Où en est l'enquête du CSA? Retour sur une polémique en six actes

POLEMIQUE Cyril Hanouna a piégé des homosexuels en direct sur le plateau de « Touche pas à mon poste » jeudi…

L.B.

— 

Cyril Hanouna présente « Touche pas à mon poste » sur CB.
Cyril Hanouna présente « Touche pas à mon poste » sur CB. — Cyrille GEORGE JERUSALMI/C8

« J’aime bien les maçons, tu as une belle truelle ? » Cyril Hanouna s’est amusé à piéger des homosexuels en direct sur le plateau de Touche pas à mon poste jeudi soir et la séquence n’a pas fait rire tout le monde. Alors que les téléspectateurs ont massivement saisi le CSA depuis la diffusion du canular jugé homophobe, retour sur une polémique qui continue d’enfler.

Acte 1 : La séquence en cause

L’animateur vedette de C8 s’est fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce - « Jean-José, très sportif et super bien monté (…) J’aime quand on m’insulte ! » -. Il a répondu en direct aux hommes qui le contactaient, recourant à la caricature pour se donner une attitude efféminée. Si le public de l’émission est hilare, certains spectateurs de l’autre côté de l’écran, le sont un peu moins.

Acte 2 : Des téléspectateurs crient au scandale

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a recensé ce lundi, plus de 20.000 signalements de téléspectateurs pour cette séquence, un record tous programmes confondus. Sur Twitter, Des internautes s’emparent très vite de l’affaire et alertent sur le dérapage homophobe.

L’auteur et réalisateur bruxellois  Ismaël Saidi publie sur Facebook une lettre ouverte. « Salut Cyril, on ne se connaît pas… enfin moi je te connais. (…) Ce soir, je t’ai entendu rire et glousser face à un jeune homme que tu avais piégé, te faisant passer pour un « amant potentiel » et humiliant par tes rires et mimiques grotesques ce jeune homme devant des millions de téléspectateurs. J’en ai pleuré Cyril. »

Et de poursuivre sur l’histoire tragique de son ami d'enfance, humilié et insulté, qui a mis fin à ses jours. Le destin de son ami a été partagé par plus de 82.000 internautes.

Un autre message largement relayé sur le Web a, pour sa part, été effacé par Facebook après des signalements. Mathieu Magnaudeix, journaliste chez Mediapart, écrit un texte à charge.

Même le cinéaste canadien Xavier Dolan s'est fendu d'un tweet -laconique- pour marquer son désaccord. «Imbécile», lâche-t-il en ligne ce lundi. 

Acte 3 : L’une des victimes dans un « état de détresse »

L'une des victime du présentateur en souffrance. Le Refuge, l’association qui vient en aide aux jeunes homosexuels, affirme dimanche sur Facebook avoir échangé une grande partie de la nuit avec l’une des victimes du canular de Cyril Hanouna « qui était dans un état de détresse morale épouvantable ». « Nous avons été fort démunis devant ses pleurs et la peur d’être reconnu par ses parents et son entourage », insiste le président de l’association.

Vendredi, Le Refuge, « particulièrement choquée » par le canular téléphonique, n’excluait pas des poursuites judiciaires.

Acte 4 : Cyril Hanouna s’en prend au CSA

Cyril Hanouna attaque. Le présentateur accuse le comportement ambigu du CSA qui accompagne la polémique sur Twitter, avec le lien la page des signalements.

Interrogé par le JDD, il a affirmé qu’il allait attaquer l’institution avant de se rétracter. « Cyril Hanouna ne portera finalement pas plainte contre le CSA et Carole Bienaime et souhaite jouer l’apaisement », tweete le rédacteur en chef du Grand direct des médias, Benjamin Rabier.

Acte 5 : Des militants LGBT réagissent

Des militants lancent une opération éclaire devant le CSA ce lundi matin. Quinze militants LGBT ont repeint l’entrée des locaux, quai André-Citröen dans le XVe arrondissement de Paris, à l’aide d’un petit pochoir « Hanouna producteur d’homophobie, CSA complice », relate Libération. L’enjeu ? Apostropher le conseil supérieur de l’audiovisuel pour sa passivité face à la polémique.

Acte 6 : Hanouna bientôt privé d'antenne? 

Une instruction a été ouverte dès le premier signalement. Pour l'instant, un groupe de travail examine les manquements de la chaîne, le Conseil supérieur de l'audiovisuel pourra ensuite passer aux sanctions. Le «pouvoir de sanction s’exerce après mise en demeure», peut-on lire sur le site du gendarme de l'audiovisuel.

Or, la chaîne a été mise en demeure en 2016 après l'émission Les 35 heures de Baba où l'un des chroniqueurs - Jean-Michel Maire - a embrassé par surprise la poitrine d'une jeune femme, sans compter une mise en garde pour des insultes contre Matthieu Delormeau le 27 septembre 2016. Le CSA avait également saisi son rapporteur indépendant concernant une séquence du 3 novembre où l’animateur avait mis en scène un faux crime et poussé son chroniqueur Matthieu Delormeau à en prendre la responsabilité.

Le CSA pourrait, cette fois, finir son instruction assez rapidement et décider de suspendre l'émission. Mais il est encore trop tôt pour le dire.