VIDEO. Affaire Fillon: Deux journalistes du «Canard Enchaîné» devant les enquêteurs

PRESSE Les deux journalistes sont à l’origine des révélations d’emplois fictifs présumés de la femme et des enfants du candidat LR à la présidentielle…

A.D.

— 

Pénélope et François Fillon
Pénélope et François Fillon — WITT/SIPA

Le Canard Enchaîné convoqué par la police judiciaire. Deux journalistes du journal satirique à l’origine des révélations d’emplois fictifs présumés de la femme et des enfants de François Fillon seront entendus ce jeudi.

Un seul article concerné par la plainte

François Fillon a porté plainte contre le Canard enchaîné le 13 avril dernier, au lendemain de la publication d’un article sur les emplois de son épouse intitulé : « L’enquête sur Penelope s’approche de son berceau… ». La plainte concerne uniquement l’article paru le 12 avril, et non toutes les révélations, publiées depuis janvier.

Dans ce texte, les journalistes déclarent que les contrats les plus anciens de Pénélope Fillon à l’Assemblée nationale ne datent pas de 1986, mais de 1982, et assurent que cette dernière avait eu un contrat de quinze mois, dès 1980, dans un ministère. Des faits démentis par l’ancien Premier ministre.

Le candidat LR à l’élection présidentielle fonde sa plainte sur l’article L97 du Code électoral et non sur article 29 de la loi sur la liberté de la presse, utilisé dans le cadre d’une plainte pour diffamation. Cet article réprime la propagation de « fausses nouvelles », « bruits calomnieux » ou « autres manœuvres frauduleuses » ayant eu pour effet de « détourner » les suffrages. Des faits passibles d’un an de prison et d’une amende de 15.000 euros.