Quand Canal+ diffuse le « Scalp » de la Bourse de Paris

R. B.

— 

Image de la série «Scalp», Canal +.
Image de la série «Scalp», Canal +. — DR

Après «Mafiosa» sur les clans corses, ou «Sécurité intérieure» sur les services secrets, Canal + poursuit sa politique de création audacieuse avec «Scalp», série de huit fois 52 minutes qui débute ce soir à 20 h 50. Le téléspectateur est plongé au coeur d'un monde disparu, celui des traders à la criée de la Bourse de Paris au début des années 1990. Coke, fric, délits d'initiés, tout va très vite, comme la mort du golden boy Pierre. Sa femme Alex, asphyxiée par les dettes, n'aura d'autre choix que de prendre sa suite à l'intérieur de la salle de criée, le «pit». «J'ai restitué un monde que je connais pour y avoir travaillé entre 1986 et 1998. Tout y était romanesque: l'amitié bouleversée par l'argent, les coups bas, la solitude... C'était évident d'en faire une fiction», confie le coscénariste et producteur Bruno Petit.

Pour restituer le langage manuel des traders, il a distillé ses ex-compagnons de Bourse parmi les figurants rendant le «pit» très crédible. Seul bémol, une bizarrerie de scénario fait commencer les choses sérieuses - l'arrivée d'Alex dans cette fosse aux lions - au cours de l'épisode 3.