Gifle, caméra cassée… Des journalistes de «Quotidien» et du «Petit Journal» agressés au meeting de Fillon

FAITS DIVERS Selon le journaliste de TMC Hugo Clément, un membre de la sécurité aurait été placé en garde à vue...

F.R.

— 

Au meeting de François Fillon, à Paris, le 9 avril 2017.
Au meeting de François Fillon, à Paris, le 9 avril 2017. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

« Ce militant (…) m’a mis une gifle gratuitement. Une autre équipe s’est fait casser la caméra. Bonne ambiance. » Photo à l’appui, le journaliste Hugo Clément a déclaré dimanche sur Twitter qu’il avait été agressé à la fin du meeting de François Fillon à Paris.

Le reporter de Quotidien (TMC) a précisé dans un autre message que la sécurité était « rapidement intervenue » et que « plusieurs élus » de droite sont venus lui présenter des excuses.

Une équipe « dégagée manu militari »

L’équipe dont le matériel aurait été détérioré serait celle qui couvrait le rendez-vous politique pour Le Petit Journal de Canal +. « Caméra et téléphone cassés », a tweeté le journaliste Louis Morin, mettant en cause « un membre de la sécurité ».

Au Lab d’Europe 1, il a expliqué qu’il avait prévu de filmer la sortie de scène du candidat des Républicains, mais que l’agent de sécurité « n’a rien voulu entendre ». L’équipe aurait donc été « dégagée manu militari » : « Il nous a emmenés dehors, il nous a mis un gros coup de pression et il a sérieusement abîmé notre matériel. » Une plainte a été déposée par Le Petit Journal.

Selon Hugo Clément, « un membre de la sécurité privée employé par Les Républicains [était] en garde à vue ce [dimanche] soir à Paris ».