«Rien n'est innocent avec Nicolas Sarkozy: il a sans doute décidé de rendre cette relation publique»

INTERVIEW Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express...

Propos recueillis par Raphaëlle Baillot
— 

Dimanche soir, l'affaire Nicolas Sarkozy/ Carla Bruni était racontée en primeur sur le site de L'Express. Comment l'information a-t-elle circulé? Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express, raconte.

Comment avez-vous fait pour sortir l’info Sarko/Bruni en premier?
Samedi, on a été mis au courant de la séance photo tolérée par Sarko à Disneyland. A ce moment là on a tenté de savoir ce qui allait se passer et qui allait publier l'histoire. Très vite, on a su que Point de Vue, Paris Match et Closer allaient sortir des photos.

Et comme Point de Vue appartient au même groupe que l’Express, cela a été facile de vérifier, n'est-ce pas?
Exactement, d’autant plus que je connais très bien Colombe Pringle, la directrice de la rédaction de Point de Vue, qui a longtemps travaillé à L’Express. Du coup, dimanche, on a assisté au bouclage de Point de Vue et c’est comme ça qu’on a eu la photo de la couverture de Point de Vue.

Quand avez-vous parlé avec votre amie Carla Bruni?
Je l'ai appelée dimanche soir, après le bouclage de Point de Vue. Elle m’a tout de suite confirmé que c’était vrai. Je voulais la prévenir que nous allions sortir l’info et elle a eu l’air de très bien s’en accommoder. Et c’est à ce moment-là qu’on a sorti l’article sur lexpress.fr.

Au fond, l’angle médiatique n’était qu’un prétexte pour sortir l’info people. N’est-ce pas un peu hypocrite pour un newsmag?
Non, parce que l’angle médiatique de la peopolisation de la vie de Nicolas Sarkozy s’impose. Il faut aussi se poser la question de l’utilisation politique de ces photos par Nicolas Sarkozy. Avec lui, on sait que rien n’est innocent sur le plan de la communication. Après, il nous faudra être très vigilant sur la manière publique dont s’organisera leur couple: veut-il emmener Carla Bruni à Rome? Quel rôle jouera t-elle? Nous devons par exemple vérifier qu’elle n’intervient pas en politique, car si elle a beaucoup de dons comme pour la musique, elle n’a assurément pas de compétence politique.

Allez-vous en faire la Une jeudi dans L'Express?
Non, ce sera un article en début de journal, toujours sous l’angle médiatique.

Selon vous, le Président a t-il pu orchestrer cette séance en sous-main? Comment les photographes ont-ils été prévenus?
Je n’ai aucune information là-dessus. Le Président est suivi en permanence par des paparazzi, elle aussi. Confrontez ces deux-là, c’est la traque absolue. Il est probable qu’à un moment donné, Nicolas Sarkozy ait décidé de rendre cette relation publique.