« Le Petit Journal » : Cyrille Eldin règle ses comptes avec Yann Barthès (comme à la récré)

CLASH BUZZ HYPE OUHLALA L’animateur du « Petit Journal » a répondu point par point à Yann Barthès en mode « pas content mais ça va j’ai pris des cours de gestion de la colère »…

V. J.

— 

Cyrille Eldin, animateur du « Petit Journal ».
Cyrille Eldin, animateur du « Petit Journal ». — Pierre-Emmanuel Rastoin

Ça n’allait pas se passer comme ça. Après la pique de Yann Barthès à son égard ( « un collègue un peu relou, même totalement relou, misogyne, un peu violent et malpoli ») dans Quotidien, Cyrille Eldin avait promis mercredi qu’il allait régler ses comptes, mettre les points sur les « I », les barres sur les « T ». Dans son Petit Journal de jeudi, l’animateur est ainsi revenu sur « la séquence lapidaire de lundi soir » : « Je t’admire de faire si bien les choses, Yann, sans jamais me nommer, l’air de rien, sans doute parce que tu connais les lois sur la diffamation. Mais la séquence n’a échappé à personne, ni à la presse médias, ni aux réseaux sociaux, ni aux amis de mes enfants dans la cour de l’école. »

>> A lire aussi : Cyrille Eldin ? « Un collègue relou, misogyne, violent et malpoli », selon Yann Barthès

« Tu as souvent compté sur mon culot »

Relou ? Malpoli ? Cyrille Eldin se dit surpris, vu que les deux ont travaillé ensemble pendant trois ans, et que Yann Barthès a souvent compté sur lui, son culot, son goût du verbe pour accéder à tous les politiques, « y compris au Front national où Le Petit Journal n’avait plus accès ». Il ajoute même que l’ex-animateur de Canal + a voulu poursuivre l’aventure, puis le tacle directement : « Si tu connaissais la tension des soirées électorales sur le terrain, tu me jugerais moins sévèrement, mais je ne crois pas t’y avoir croisé en huit ans. »

>> Primaire de la gauche : Clash entre Cyrille Eldin et « Quotidien » au QG de Benoît Hamon

« Une querelle d’animateurs »

Misogyne ? Violent ? Eldin juge les termes « injustes et diffamatoires », et rappelle qu’il a participé à un documentaire sur le sexisme en politique. Selon lui,l’altercation au QG de Benoît Hamon avec la journaliste de Quotidien relève du métier : « La compétition entre reporters, les coups de coude entres journalistes, hommes et femmes, pour apporter la meilleure image, le meilleur son, sont monnaie courante, hélas ! » Il conclut cette « querelle d’animateurs » en disant qu’il ne cherche pas à faire le buzz et qu’il aime bien dire les choses en face. Oui, en face caméra, à la télévision, cette autre cour de récré.