Unes de «Paris Match»: Emmanuel Macron s'agace et se défend

MEDIAS Le candidat à la présidentielle et son épouse sont pour la troisième fois de l'année en couverture du magazine...

F.R.

— 

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Trogneux, le 10 novembre 2016 à Paris.
Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Trogneux, le 10 novembre 2016 à Paris. — MARTIN BUREAU / AFP

Paradoxal Emmanuel Macron. En avril, il avait dit avoir fait une « bêtise » en acceptant de se confier à Paris Match et d’apparaître en une de l’hebdomadaire avec son épouse, Brigitte Trogneux… « Mon couple, ma famille, c’est la chose à laquelle je tiens le plus, ce n’est pas une stratégie de l’exposer, c’est sans doute une maladresse, je l’assume pleinement et ce ne sera pas une stratégie que l’on reproduira », affirmait-il à l’époque.

Ce qui ne l’avait pas mis à l’abri d’une autre couverture du magazine, au cœur de l’été, sur laquelle les lecteurs pouvaient voir le couple en train de se promener sur la plage.

Et cette semaine, le candidat à la présidentielle s’affiche à nouveau sous le logo de Paris Match en compagnie de sa femme…

« Ce n’est pas moi qui décide »

Une contradiction relevée par Anne-Elisabeth Lemoine dans C à Vous [à partir de 22 minutes et 45 secondes dans la vidéo ci-dessous] et qui a passablement énervé Emmanuel Macron. « Je n’appelle pas Paris Match en disant : "J’aimerais bien [faire la Une]". (…) Ce n’est pas moi qui décide, s’est défendu celui qui, en quelques mois, s’est retrouvé en couverture de 36 magazines. Il se trouve que je vis en couple et que ma femme est importante dans mon quotidien. » L’ex-ministre de l’Economie met les critiques des journalistes sur le compte d’un prétendu « snobisme » qui considérerait l’hebdomadaire comme « dégueulasse ».

« On assume de parler à tout le monde, sur tous les supports. Les Français ont besoin de connaître le candidat et son entourage », rétorque un proche d’Emmanuel Macron au Parisien qui insiste que l’article du numéro de cette semaine n’a « rien à voir » avec celui du printemps car il s’agit d’un dossier consacré à la politique et non d’un étalage intime.