Médiacités, un nouveau site d’investigation lancé le 1er décembre prochain

ONLINE Lancé le 1er décembre à Lille, Médiacités, un site d'enquête et d'investigation locale, devrait ensuite débarquer au printemps à Toulouse, Nantes, Lyon...

20 Minutes avec AFP

— 

Médiacités, un nouveau site d'enquêtes locales
Médiacités, un nouveau site d'enquêtes locales — Médiacités

Consacré à l’enquête et l’investigation dans les métropoles, le site Médiacités  sera lancé le 1er décembre à Lille, en attendant de s’étendre à d’autres villes de France au printemps : Toulouse, Nantes, Lyon, etc. Selon ses responsables, il a pour objectif de « dévoiler et expliquer les enjeux politiques, économiques, environnementaux, culturels, sociaux ou sportifs », à raison d’une enquête à forte valeur ajoutée par semaine.

>> A lire aussi : La fiabilité des médias remise en cause par près d'un Européen sur deux

Un triple constat sur la presse

A l’origine du projet, le triple constat que la presse nationale enquête trop rarement hors de Paris, que la presse locale est en général peu portée sur l’investigation, et enfin, l’absence de contre-pouvoirs aux puissantes institutions locales. Créé par sept associés, dont une majorité d’anciens de L’Express et de L’Expansion, Médiacités fonctionnera sur abonnement uniquement (6 euros par mois), et sans publicité. Le modèle économique retenu prévoit l’équilibre à 3.000 abonnés par ville d’ici trois ans.

>> Education: Les collégiens et lycéens auront accès gratuitement à la presse quotidienne

Des enquêtes, un débat public

Concrètement, le site s’appuiera sur un réseau de pigistes locaux « qui ont la connaissance du terrain, la compétence, le goût de l’enquête et seront payés correctement », selon Jacques Trentesaux, ancien rédacteur en chef à L’Express. Ils travailleront « en binôme » avec la rédaction en chef du site. Certaines enquêtes feront ensuite l’objet d’un débat public, « car nous sommes des passeurs », a ajouté Trentesaux, qui entend aussi s’appuyer sur une communauté de lecteurs-contributeurs.

« Nous sommes juste des journalistes désireux de renouer avec les fondamentaux de ce métier, a conclu le cofondateur. Un enjeu de débat public et de pluralisme de la presse. »