«Michael Moore distille des images bidonnées»

Recueilli par R. B.

— 

Debbie Melnyk, réalisatrice canadienne de «Polémique système», ce soir à 22 h 50 sur Canal+.

Votre film dénonce les méthodes d'investigation de Michael Moore...

J'étais partie pour filmer quelqu'un que j'admirais. Mais en 2004, je me suis rendue à Flint, la ville du Michigan qui est au centre de son film Roger and Me. Là, j'ai croisé des gens qui m'ont affirmé qu'ils avaient «joué» dans le documentaire. Inquiétant, non?

Contrairement à ce qu'a toujours dit Moore, il a rencontré Roger Smith, le patron de General Motors!

Le principe de Roger and Me était une quête humoristique de l'interview impossible, celle de Roger Smith, présenté comme faisant le mort sur les problèmes économiques de Flint après le démantèlement de l'usine GM. Mais Moore a eu Smith en interview deux fois!

Est-il un menteur?

Malheureusement, quand on distille des images bidonnées dans un film, quelle que soit la force de son propos, on devient un menteur. Aujourd'hui, Moore ne répond jamais quand des journalistes lui parlent de mon film. Il ne veut pas nous faire de pub!