De bonnes ondes pour l'audience d'automne

Anne Kerloc'h - ©2007 20 minutes

— 

Un peu de soleil en moins avec l'heure d'hiver, mais cinq minutes de radio en plus ! Entre septembre et octobre 2007, selon Médiamétrie, la durée d'écoute par auditeur a été de 2 h 57, contre 2 h 52 pour la même période en 2006. Si, comme à l'accoutumée, la majorité des stations joue à : « On est content, on est les prems de la tranche du matin, des musicales, des moins de 65 ans... », la rentrée confirme certaines tendances.

· Généralistes La présidentielle passe, l'audience se maintient. Au printemps, les généralistes étaient électrisées par l'élection. A l'automne, elles ne se sont pas effondrées. Le service public (France Inter et France Info) se redresse : + 0,5 pt. d'audience cumulée (AC) pour Inter, + 0,4 pour Info par rapport à la période 2006. « La progression n'est pas que conjoncturelle, se félicite Frédéric Schlesinger, directeur d'Inter. La hausse est durable, et due à des moteurs, comme la tranche matinale de Demo­and, que nous avons beaucoup travaillée. Et dans la tranche 16-18, l'interview de Calvi s'est bien installée. »

· Tête de classe RTL, one more time. Selon Sylvain Miquet, analyste chez Aegis Media Expert : « Au-delà de son statut confirmé de premier, RTL dessine un vrai leadership en creusant l'écart avec NRJ [12,5 d'AC contre 11,3]. » Parmi les raisons du succès, l'accent mis sur l'événement, dans tous les sens du terme. « Nous avons été partenaires de tous les films à succès, des concerts de Police, de Polnareff... et à chaque événement important de l'actualité, nous nous sommes mobilisés », détaille Axel Duroux, le PDG. Joie et bonheur, donc, d'autant que les trois radios du groupe (RTL, RTL2 et Fun radio) progressent.

· Musicales Ça bouge. Petit gadin pour Skyrock, la radio des djeunes qui perd 0,7 point d'audience. Ambiance peu jouasse chez NRJ (- 0,6). « Le public des radios jeunes est devenu beaucoup plus versatile », note Sylvain Miquet. Si, cette année, Fun et Europe 2 ont pris des points - respectivement + 0,9 et 0,6 d'AC - c'est une question de style. Selon Christophe Sabot, directeur du pôle musique de Lagardère Active,« les musicales ont besoin d'une identité forte. Nous nous sommes repositionnés pop-rock et nouvelle scène française. » Du côté de chez Fun, Axel Duroux insiste sur le « format axé soul-dance et la nouvelle tendance tecktonik ». Fun, quoi !