Affaire Morandini: nouveau témoignage accablant contre l'animateur

POLEMIQUE Le témoignage d'un jeune homme de 18 ans met à nouveau en cause Jean-Marc Morandini, le jour de son arrivée mouvementée à iTélé...

Claire Barrois

— 

Jean-Marc Morandini, le 6 janvier 2016.
Jean-Marc Morandini, le 6 janvier 2016. — SIPA

Décidément, les choses ne s’arrangent pas pour Jean-Marc Morandini. Après les révélations du Point vendredi sur l’investissement de l’animateur dans le site Generationgay.fr qui proposait petites annonces, chats coquins et photos nues, lundi, le jour de sa rentrée dans un contexte tendu sur iTélé, Les Inrocks en ont rajouté une couche.

>> A lire aussi : Concept, nudité, audience... Qu'est-ce que la web série «Les Faucons»?

Un casting mené par l’animateur seul

Un homme, qui avait 18 ans au début des années 2000, a décidé de témoigner dans Les Inrocks après avoir vu la polémique déclenchée cet été par les révélations des acteurs approchés par Jean-Marc Morandini pour sa web série Les Faucons. A l’époque, il avait contacté Generationgay.fr pour une séance photo. Le casting aurait été mené par l’animateur, seul, en septembre 2000, dans les locaux de MFM radio. Jean-Marc Morandini lui aurait demandé de se masturber puis de lui faire une fellation.

« J’avais peur, affirme le témoin, qui concède s’être exécuté au regard de la réputation professionnelle de Jean-Marc Morandini. Je ne pouvais de toute manière pas fuir étant enfermé dans la radio, ni hurler étant seul. Tout cela s’est joué en quelques secondes dans ma tête. » Après une séance photos rémunérée, il n’aura plus jamais de contact avec l’animateur.

Un mode opératoire similaire

Ce témoignage rappelle le mode opératoire évoqué dans les témoignages révélés, déjà par Les Inrocks, cet été, et les plaintes auxquels ils avaient donné lieu. Placé en garde à vue en septembre après l’ouverture de deux enquêtes judiciaires, Jean-Marc Morandini, a pourtant fait sa première ce lundi sur iTélé dans un contexte particulièrement tendu. En effet, les journalistes avaient voté une grève à 84 % contre son arrivée.