Au moins un, deux, trois... écrans pour les enfants

Anne Kerloc'h - ©2007 20 minutes

— 

L'Enfant de la télé ? La dernière fois qu'on l'a croisé, il dansait sur du Patrick Bruel. Désormais, il est parent et l'époque est à l'enfant des écrans, voire au mouflet média-Tic. Tic pour technologies de l'information et de la communication. Au colloque organisé par la chaîne pour enfants Gulli, « Enfants, écrans, qui dévore qui ? », toute la subtilité se jouait avec le « s ». Madame, monsieur, sachez-le, aujourd'hui, votre enfant est un poly-consommateur. Certes, sa dégustation de télé est très modérée : il la regarde bien moins que les adultes (2 h 07 pour les 4-10 ans contre 3 h 37 pour les adultes, selon Médiamétrie). Et sa consommation a même légèrement diminué depuis 2004 ; trois minutes de moins. Mais il s'hypnotise ailleurs.

Selon les premiers résultats d'une étude qualitative, « il y a une multiplication des écrans, note Tiphaine de Raguenel, directrice des études du pôle jeunesse de Lagardère Active. Dans les foyers étudiés, il y en a au moins quatre : la télé, l'ordinateur, la console de jeux, et le téléphone portable. » Et la star, c'est la console. « Parfois, un enfant en a quatre ou cinq ». L'ethno­logue Walter Detomasi, coauteur de l'étude, confirme : « Quand je leur ai parlé d'écran, les enfants m'ont amené spontanément leur console... c'est LEUR écran personnel. Cela dit, quand ils recevront la télévision sur leur console, il est plus que probable que la consommation télévisuelle remontera. » Et les parents dans tout ça ? Ils contrôlent... la télé, surtout. « Parce que c'est le média qu'ils connaissent le mieux ! reprend Walter Detomasi. Surtout, ils sont dans un rapport ambivalent aux nouveaux écrans. Ils en voient les effets négatifs : la surexcitation de l'enfant qui joue trop aux jeux vidéo, mais ces écrans leur apparaissent aussi comme nécessaire à l'apprentissage de la modernité. » Autre point, la différenciation désormais nette entre les écrans du « récit » (télé, DVD...), et les écrans de l'« action » (Internet, jeu vidéo). A tel point que les enfants fatigués d'un trop-plein de jeu vidéo se reposent... devant la télé. Drôle de bonne nuit, les petits !