Morandini sur i-Télé: La chaîne info ouvre une «clause de conscience»

TELEVISION S’il ne souhaitent pas travailler avec l’animateur mis en examen pour corruption de mineurs, les journalistes de la chaîne pourront démissionner tout en bénéficiant d’indemnités de départ…

F.R. avec AFP

— 

Jean-Marc Morandini en mars 2015.
Jean-Marc Morandini en mars 2015. — DOMINIQUE FAGET / AFP

Le feuilleton continue. Face aux vives tensions causées au sein de la rédaction d’iTélé par l’arrivée de Jean-Marc Morandini à l’antenne dès la semaine prochaine, la chaîne info a ouvert une « clause de conscience », annonce ce vendredi la chaîne info. Les journalistes qui ne souhaitent pas travailler avec cette nouvelle recrue pourront demander à bénéficier de cette clause et démissionner tout en ayant droit à des indemnités de départ.

Morandini demande à ses confrères de le «laisser travailler»

Mardi, une motion de défiance à l’égard de la direction a été votée à 92,2 % par la rédaction de la chaîne. La Société des journalistes (SDJ) d’iTélé a précisé, dans un communiqué ne pas vouloir « l’image de la chaîne et [de la rédaction] soient associées à [celle de Jean-Marc Morandini], lui qui a produit une web-série à caractère érotique, lui qui, présumé innocent, est mis en examen pour […] "corruption de mineurs aggravée".

Alors que la rédaction d’iTélé lui promet un « accueil glacial », Jean-Marc Morandini a publié ce vendredi sur le site du Monde une tribune dans laquelle il demande à ce qu’on le « laisse travailler ». L’animateur de 51 ans y rappelle « que la justice ne [lui] a pas interdit la poursuite de [son] activité professionnelle ». Ciblé par deux enquêtes, Jean-Marc Morandini a été mis en retrait des antennes d’Europe 1 et de NRJ 12.