La Tribune fustige «la presse économique en danger»

MEDIAS Le quotidien économique affiche son inquiétude sur son rachat...

AA avec AFP

— 

Puisque LVMH rachète «Les Echos», il doit vendre «La Tribune», autre quotidien économique (le groupe de luxe ne peut en effet détenir deux titres concurrents).

Auprès des salariés de la Tribune, l’inquiétude est grande. «La presse économique en danger», titre la une du quotidien ce mercredi, alors que le nom du repreneur devrait être prochainement annoncé. Parmi les pressentis, Alain Weill, PDG de NextRadioTV, Cyril Zimmermann, patron de la régie publicitaire Hi-Media, Philippe Micouleau, ancien dirigeant du quotidien et enfin l'ancien Pdg de DI Group (pôle médias de LVMH) Fabrice Larue, associé à l'éditeur italien Class Editori et à la société financière Viel et Cie. Vincent Bolloré a fait part de son intérêt mais n'a pas fait d'offre officielle.

«En l'état des informations communiquées aux représentants du personnel de La Tribune et à leurs experts, ces offres n'apportent pas les garanties éditoriales, sociales et économiques suffisantes», estiment les salariés qui ont voté une motion. «Les facilités financières que Bernard Arnault (le patron de LVMH, ndrl) entend accorder au repreneur ne sauraient l'exonérer de son obligation d'assurer la pérennité et l'indépendance de la Tribune (…) Il ne peut définir sans garde-fous le nouveau paysage concurrentiel» de la presse économique française.