«Charlie Hebdo»: La journaliste Zineb El Rhazoui va quitter l'hebdomadaire satirique

SOCIETE La journaliste évoque « à la fois un essoufflement artistique et éditorial » de «Charlie Hebdo»...

20 Minutes avec agences

— 

Zineb El Rhazoui, le 23/03/2015.
Zineb El Rhazoui, le 23/03/2015. — D.Bancaud/20minutes

Après le dessinateur Luz et le chroniqueur urgentiste Patrick Pelloux, la journaliste Zineb El Rhazoui va elle aussi quitter Charlie Hebdo.

« Même si les choses ne sont pas encore très claires, j’ai vocation moi aussi à quitter Charlie Hebdo et à tourner cette page parce que ceux avec qui on aimait travailler sont soit morts soit partis », a indiqué la journaliste dans un entretien mis en ligne samedi sur le site de la webradio étudiante Web7Radio. « Le plus tôt sera le mieux », a-t-elle répondu, interrogée sur la date de son départ.

« Un essoufflement artistique et éditorial »

Raison invoquée : « Aujourd’hui, la motivation n’est plus la même. Le journal n’est plus le même. La ligne éditoriale n’est plus la même (…) Charlie est aujourd’hui intégralement sous surveillance policière », estime Zineb El Rhazoui.

Si la sociologue franco-marocaine espère que « Charlie Hebdo continuera à porter avec panache et fierté la tradition de la satire dans le paysage de la presse française », elle pointe aujourd’hui « à la fois un essoufflement artistique et éditorial ».

>> A lire aussi : Livre témoignages sur le 13 novembre : «Il fallait consigner toute cette souffrance afin qu’elle ne tombe pas dans l’oubli»

Bientôt à la télévision ?

Concernant la suite de sa carrière, « j’essaierai de continuer à faire mon métier de journaliste que ce soit dans la presse écrite ou alors probablement à la télévision », a déclaré Zineb El Rhazoui.

A la mi-mai, elle avait reçu une convocation pour un entretien préalable à un licenciement, dont le motif aurait été lié à des absences répétées. La direction, qui a ensuite annulé la convocation, avait affirmé qu’il s’agissait de lui rappeler ses « obligations » professionnelles.