A la découverte de Groland, terre de contrastes

Anne Kerloc'h

— 

Groland, présipauté imaginaire ? Allez savoir... Depuis sa création, il y a quinze ans, le pays « joyeux, accueillant, et lâche » (capitale, Groville) naturalise à tout va. Du lendi au gromanche, on écrit à la production pour obtenir un passeport. Résultat : « Il y a désormais plus de Grolandais que de Monégasques », indique-t-on à Canal+. Et 100 000 conducteurs arborent un fier et fantasque macaron « GRD » sur leur véhicule.

Dans « Groland land », ce soir à 20 h 50, le réalisateur Michel Royer arpente cet univers parallèle et loufdingue. « Les acteurs, les membres de l'équipe se vivent vraiment comme "Grolandais". Ils ne disent pas "je vais travailler", mais "je vais à Groland". » Il rappelle aussi que les terres de la présipauté s'étendent jusqu'à des lieux bien de chez nous : Quend, en baie de Somme, accueille le festival annuel de cinéma, et Louvigny (Calvados) accueille l'équipe de foot officielle. A quand le Groland sans frontières ?




Agrandir le plan