Affaire Morandini: François Baroin va défendre l'association La Voix de l'enfant

JUSTICE L’ancien ministre va prendre la défense de l’association pour l’enfance, qui s’est portée partie civile dans l’affaire qui met en cause l’animateur Jean-Marc Morandini…

C.W.

— 

François Baroin sera l'avocat de la Voix de l'enfant dans l'affaire Morandini
François Baroin sera l'avocat de la Voix de l'enfant dans l'affaire Morandini — ALLARD- POOL/SIPA

Après Marc-Olivier Fogiel ou Mathieu Delormeau, c’est une autre tête connue qui débarque dans ce qu’on appelle désormais l’affaire Morandini. Comme l’a révélé le site du Figaro, l’ex ministre François Baroin sera l’un des deux avocats de La Voix de l’enfant, l’association s’étant portée partie civile dans l’éventualité d’une ouverture d’une enquête. Il y a une semaine, l’animateur Jean-Marc Morandini avait été mis en cause dans un article des Inrocks, accusé d’avoir poussé de jeunes acteurs à s’exhiber et à se masturber dans le cadre d’un casting.

>> A lire aussi: Affaire Morandini: Chantage, complot... Finalement, l'animateur a-t-il éclairci les choses?

« Il n’y a rien de politique »

Francis Szpiner et François Baroin seront donc les deux avocats de l’association pour la protection de l’enfance, qui « relève que certains éléments laisseraient à penser que des mineurs auraient été associés à la réalisation de la série » (Les Faucons, produite par la société de prod de Jean-Marc Morandini Ne Zappez pas).

« La Voix de l’enfant mène un combat, notamment autour de l’incitation à la débauche. Il s’agit d’y voir plus clair même si monsieur Morandini est, comme n’importe qui, encore présumé innocent », a expliqué l’ex-ministre au Figaro.

« Quel que soit le sujet le plus minime, qu’il concerne monsieur Morandini, monsieur Durant ou monsieur Dupond, c’est notre rôle de nous constituer partie civile », ajoute-t-il, précisant « qu’il n’y a rien de politique » dans cette décision.

Mardi dernier, Jean-Marc Morandini avait estimé que l’affaire dévoilée par les Inrocks était le fruit  d’un complot organisé notamment par Marc-Olivier Fogiel et Mathieu Delormeau, et avait déploré le fait que les instigateurs aient manipulé l’association pour la protection de l’enfance.