Affaire Morandini: Chantage, complot... Finalement, l'animateur a-t-il éclairci les choses?

JUSTICE Jean-Marc Morandini a beaucoup parlé de ses « maîtres chanteurs », beaucoup moins des accusations de l’article des « Inrocks »…

C.W.

— 

Jean-Marc Morandini à Paris en mai 2016
Jean-Marc Morandini à Paris en mai 2016 — VILA -VSD/SIPA

Tout est allé très vite. Ce mardi, soit près d’une semaine après le retentissant article des Inrocks sur les pratiques douteuses de Jean-Marc Morandini et son équipe, l’animateur a orchestré sa non moins fracassante contre-attaque. Une « déclaration devant la presse », annoncée ce matin sur son propre blog Jeanmarcmorandini.com, afin d’apporter sa version des faits concernant les accusations d’avoir poussé de jeunes acteurs à s’exhiber et à se masturber lors d’un casting.

>> A lire aussi: Jean-Marc Morandini porte plainte contre Marc-Olivier Fogiel, qui fait de même

« Un papier puant qui veut me faire passer pour un pervers, un vicieux, un papier plein de sous-entendu », a-t-il notamment dénoncélors de sa déclaration, accusant Marc-Olivier Fogiel, Mathieu Delormeau, Les Inrocks, l’auteure de l’article et le sosie Chris Bieber de faire partie d’un complot pour le « tuer ». Il en profitera également pour dévoiler publiquement une ancienne relation entre Marc-Olivier Fogiel et Mathieu Delormeau. Mais où en est le fond de l’affaire, et sur les pratiques douteuses employées par l’animateur et l’équipe de sa société de production Ne Zappez pas ? 20 Minutes fait le point.

Des acteurs consentants

« Je lis des articles dégueulasses et des témoignages que personnes ne vérifient, des accusations ignobles. Puisqu’il le faut, je vais mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes », a commencé Jean-Marc Morandini. Mais, si l’animateur semblait promettre un éclaircissement de la situation, celui-ci n’est jamais venu.

Concernant les acteurs, l’animateur a tout d’abord appuyé sur leur consentement. « Ils savaient ce qu’ils venaient tourner, explique-t-il, dès le premier contact avec ma boîte de prod, c’était écrit noir sur blanc. Dans le premier mail qu’on leur a envoyé on leur disait "vous devez être à l’aise avec la nudité", ils ont reçu un scénario qui ne laissait aucune ambiguïté sur le rôle à jouer ». Un fait que ne remet pas forcément en cause les Inrocks, qui s’intéresse plutôt aux pratiques employées pour les caster et les diriger.

Des « maladresses »

Des pratiques (des demandes explicites de se dénuder, de se masturber, les Inrocks parlent même d’une suggestion de fellation) sur lesquelles Jean-Marc Morandini ne s’est pas vraiment expliqué. Par contre, l’animateur a fait allusion à certaines « maladresses ». « Il y a eu des maladresses, j’en conviens, mais je suis en train de m’en occuper. Nous sommes une petite société de prod et il est vrai que certaines choses ont été faites un peu artisanalement », précise-t-il.

Aucun abus sexuel

A titre personnel, l’animateur a néanmoins tenu à mettre auc clair quelques détails de sa vie privée. « Je n’ai jamais abusé personne, je n’ai jamais forcé quiconque à avoir des relations sexuelles avec moi, déclare-t-il, et je vous le dis clairement parce que vous l’attendez et parce que c’est sous entendu dans ces papiers dégueulasses, je n’ai jamais couché avec un mineur ».

Selon Jean-Marc Morandini, ces sous-entendus et ces accusations seraient orchestrés par Marc-Olivier Fogiel, avec qui il serait en conflit pour des questions d’audiences télé. Une affaire de chantage et de manipulation dont Mathieu Delormeau serait complice, ainsi que le magazine des Inrocks, l’auteure de l’article, et Chris Bieber. Mais si l’animateur a annoncé porter plainte, il n’en a pas précisé le motif.

>> A lire aussi: La guerre est déclarée entre Morandini, Fogiel et Delormeau

Mais où est Catherine ?

Un tel remue-ménage qui nous ferait presque oublier l’essentiel : qui est Catherine ? Les Inrocks citent à plusieurs reprises cette personne, supposée faire le lien entre la prod et les acteurs par mails dont certains au contenu plus que limite. Récemment, l’animateur avait nié formellement être Catherine, ayant « un peu autre chose à faire ». « Nous continuons à utiliser ce prénom depuis son départ car il est sur toutes les annonces que nous avons publiées. Ce sont donc les membres de l’équipe qui le gèrent », avait-il dit. Pas de Catherine lors de la conférence non plus, un des nombreux points qui restent à éclaircir.