«On n’est pas couché»: Léa Salamé révèle pourquoi elle quitte l’émission

TELEVISION Après deux ans sur le plateau de « On n’est pas couché » sur France 2, la chroniqueuse s’apprête à quitter l’émission en prévision de l'élection présidentielle…

A.Che.

— 

Léa Salamé, chroniqueuse dans «On n'est pas couché» et journaliste politique sur France 2
Léa Salamé, chroniqueuse dans «On n'est pas couché» et journaliste politique sur France 2 — SCHOUSBOE Charlotte / FTV

« Je crois que sans année présidentielle, j’aurais fait une troisième saison » à On n’est pas couché, confie Léa Salamé aux inRocKuptibles, dont elle fait la « Une » cette semaine.

La décision n’a toutefois pas été simple pour la journaliste de 36 ans. « Durant trois semaines, j’ai changé d’avis trois à quatre fois par jour, affirme-t-elle en précisant, Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’ai été heureuse au cours de cette seconde saison chez Ruquier (…) J’étais un peu en famille. » Mais celle qui « rêve d’être Anne Sinclair » depuis ses 15 ans ne pouvait pas « passer à côté de l’émission politique phare d’une présidentielle ».

Si Léa Salamé quitte On n’est pas couché, elle sera toujours présente sur France 2 à la rentrée pour présenter une nouvelle émission politique. Sa future présentatrice détaille aux inRocks : « Elle s’inspirera de « Des paroles et des actes », mais aussi de « Dialogues citoyens » avec de nouvelles séquences sur lesquelles nous sommes en train de travailler. »

>>A lire aussi: L'ascension de Léa Salamé, virevoltante et impertinente

Une émission culturelle « underground et populaire »

La journaliste animera aussi trois fois par mois un nouveau magazine culturel, Stupéfiant !, piloté par Laurent Bon (Le Petit Journal). Léa Salamé affirme : « La direction de France 2 a choisi Laurent Bon car ils veulent une émission avec la même nervosité, la même écriture qu’un magazine d’actu ou d’enquête, qu’Envoyé spécial ou Le Supplément. Cette émission sera « rock, électrique et parfois même de mauvais goût. Ça sera à la fois underground et populaire », avance Léa Salamé.