Accusé de «calomnies» par l'ambassadeur de Bolivie, François Lenglet fait une «mise au point»

MEDIAS Dans « Des paroles et des actes », le journaliste économique avait accusé le président bolivien Evo Morales d’être « corrompu »…

F.R.

— 

François Langlet (assis, à g.), face à Jean-Luc Mélenchon, dans «Des paroles et des actes», le 26 mai 2016.
François Langlet (assis, à g.), face à Jean-Luc Mélenchon, dans «Des paroles et des actes», le 26 mai 2016. — Capture d'écran - France 2

« Pesez vos mots, vous êtes sans doute plus corrompu que ne le sera jamais Evo Morales. » Jeudi dernier, dans Des paroles et des actes, sur France 2, Jean-Luc Mélenchon avait mis en garde François Lenglet qui venait d’affirmer, au sujet du président bolivien, que « sa petite amie [Gabriela Zapata], qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. »

Des propos qui ne sont pas passés inaperçus puisque l’ambassadeur de Bolivie en Frances’est fendu d’un communiqué dans la foulée criant à la « désinformation » et soulignant que « les calomnies sans fondement peuvent entraîner des conséquences juridiques auxquelles nous ne voulons faire appel ». La missive indique que la justice bolivienne a conclu qu’il n’y avait pas de trafic d’influence dans ladite affaire.

« Les termes que j’ai employés n’étaient pas appropriés »

Par ailleurs, comme l’a écrit Eric Stemmelen, qui tient un blog sur Mediapart, Gabriela Zapata, n’est plus la compagne d’Evo Morales depuis plusieurs années et elle n’est pas la mère de son fils.

François Langlet a répondu à l’officiel bolivien ce lundi : « Je considère que les termes que j’ai utilisés pour qualifier le président Morales, lors de ce débat télévisé pour le moins animé, n’étaient pas appropriés », lit-on sur Francetv. info. Le mea culpa n’est pas total puisque le journaliste économique note que « l’avis [de la commission d’enquête parlementaire bolivienne] a été jugé partial par l’opposition bolivienne ».

La « mise au point » n’a pas calmé tout le monde. Sur Facebook, Eric Coquerel, le coordinateur national du Parti de gauche, a réagi en demandant des « excuses claires » de François Lenglet.

Quoi qu’il en soit, France 2 a supprimé la vidéo de l’émission de ses plateformes et une nouvelle version, expurgée des propos controversés, devrait être disponible prochainement en replay.