TF1 fait monter la pression sur un match sans suspense

R. B - ©2007 20 minutes

— 

Sans surprise, 64 à 7. Tous les connaisseurs du rugby savaient que le match France-Géorgie ne représentait aucun danger majeur pour l'équipe de France. Malgré cette évidence sportive, TF1 a fait monter le suspense tout le week-end sur un match qui n'en contenait aucun... afin, bien sûr, d'appâter le téléspectateur. Hier, Laurent Delahousse qualifie à juste titre le match de « largement à la portée des Bleus » dans son 13 h de France 2. Et dans un sujet, la Géorgie gagne l'épithète de « modeste ». Mais au même moment sur la Une, l'info sur la facilité de la rencontre n'est pas bienvenue. Claire Chazal prévient : le match est « décisif pour l'équipe de France, qui joue sa place en quart de finale », et « la pression évidemment est très forte à Marseille ». Dès vendredi à 13 h, Jean-Pierre Pernaut espérait que le journal des Bleus de la chroniqueuse Caroline Henry ne serait « pas le dernier ». Ces VRP de luxe ont l'esprit d'entreprise : à 61 000 euros les trente secondes de pub à la mi-temps*, il ne fallait pas décevoir les annonceurs avec des audiences de match facile.