Motion de défiance à France Télévisions: Les journalistes en colère contre Delphine Ernotte

MEDIAS Après la motion de défiance envers Michel Field adoptée ce mardi, la situation à France Télévisions demeure toujours aussi indécise…

Clio Weickert

— 

Michel Field, le directeur de l'information à France Télévisions
Michel Field, le directeur de l'information à France Télévisions — JOEL SAGET / AFP

Le bras de fer est loin d’être fini. Ce mardi,une large majorité (65.14 %) de journalistes de France 2, France 3 et Francetvinfo.fr a adopté la motion de défiance envers Michel Field, signifiant frontalement la perte de confiance dans leur directeur de l’information. Mais malgré la fronde, le message ne semble pas être passé du côté de la direction. Si Michel Field avait affirmé lui-même samedi dernier qu’il ne démissionnerait pas, Delphine Ernotte lui a ce mercredi, renouvelé son soutien, et a nommé un médiateur pour « réaliser une mission rapide sur les dysfonctionnements ».

>> A lire aussi: Pourquoi la colère gronde contre Michel Field

« La réponse n’est pas à la hauteur de nos inquiétudes »

« Je confirme Michel Field et la confiance que j’ai en lui pour mener les réformes au rythme prévu », a déclaré Delphine Ernotte auprès du Monde ce mercredi. L’affirmation de son soutien donc, malgré le fait que plus de 65 % des journalistes ont reconnu la veille, ne plus avoir confiance dans leur directeur de l’information. Autre annonce, la présidente de France Télé charge le journaliste Alain de Chalvron, ex-directeur de la rédaction de France 2 et correspondant de la chaîne à Pékin, « de réaliser une mission rapide sur les dysfonctionnements au sein de l’information à France Télévisions ». Le journaliste devra remettre ses conclusions « début juin 2 016 », en fixant « les bases d’un climat de travail apaisé ». Une décision qui est loin d’avoir calmé les tensions chez France Télévisions.

« La réponse de Delphine Ernotte n’est pas à la hauteur de l’inquiétude exprimée hier lors du vote », a expliqué Bastien Hugues, du bureau de la SDJ de Francetvinfo.fr à 20 Minutes. « On note que la présidente a attribué à Michel Field la responsabilité des dysfonctionnements, mais qu’au final la question posée mardi reste entière. Comment peut-on continuer à travailler avec ce directeur, auquel moins de 20 % des journalistes de nos rédactions accordent leur confiance ? ». Une crainte toujours vive, d’autant que les salariés ont l’impression que Delphine Ernotte semble aussi désemparée quant à cette situation. « En installant ce médiateur, elle reconnaît qu’elle-même en tant que présidente, n’a pas de solution. Et pourtant c’est à elle de prendre ses responsabilités », affirme le journaliste.

Un petit pas vers le dialogue ?

Si du côté des représentants des journalistes le dialogue semble rompu avec Michel Field, du côté des syndicats, une conversation (prévue avant que le conflit n’éclate), devrait avoir lieu avant la fin du mois avec Michel Field. Mais tous semblent s’accorder sur le fait que la médiation du journaliste Alain de Chalvron n’est pas la solution. Pour Serge Cimino, journaliste à France 3 et membre du SNJ (Syndicat national des journalistes), cela ne sert à rien d’identifier les dysfonctionnements, « puisque les problèmes sont déjà sur la table ». Dans un communiqué, le SNJ de France Télé a notamment estimé que ce médiateur servait principalement à « gagner du temps ».