France Télévisions: Michel Field entre «nouveau souffle» et tempêtes en interne

TÉLÉVISION Le nouveau patron de l'info de France Télévisions est chargé de contribuer à dépoussiérer l'antenne, mais il s'est mis de nombreux journalistes à dos...

F.R.

— 

Michel Field en août 2010.
Michel Field en août 2010. — MARTIN BUREAU / AFP

« Michel Field est chargé de donner un nouveau souffle à l’information de France Télévisions. » Le communiqué du groupe public envoyé en décembre pour annoncer la nomination de Michel Field était clair. Si le journaliste a été promu Directeur exécutif en charge de l’information de France Télévisions, ce n’est pas pour faire dans l’inertie. Dont acte.

Michel Field sera resté à peine trois mois aux manettes de France 5. Delphine Ernotte a vu en lui l’homme de la situation pour reprendre en main les rédactions des chaînes publiques. Son prédécesseur, Pascal Golomer, a pâti de plusieurs polémiques politico-médiatiques : le cafouillage autour de Philippe Verdier, l’annulation de la venue de Marine Le Pen à Des Paroles et des Actes ou encore le manque de réactivité dans les premières heures des attentats du 13 novembre…

« Un homme du XXe siècle »

A l’annonce de la nomination de Michel Field, ce n’est pas « un nouveau souffle » qui a animé la Société des journalistes de France 2 mais un vent de sidération. L’organisation syndicale a déploré l’éviction « brutale » de Pascal Golomer survenue en plein entre-deux-tours des législatives et estimé que la stratégie de Delphine Ernotte « déstabilise » les équipes… « C’est un homme du XXe siècle,déclarait à L’Opinion un salarié de France Télévisions. Il n’a jamais fait de news en tant que tel et, sur LCI, il faisait plutôt des émissions intellos, rien à voir avec l’actualité. » Dire que Michel Field ne fait pas vraiment l’unanimité en interne est un euphémisme.

Les choses ne se sont pas arrangées les semaines suivantes. En février, le bruit laissant entendre que Michel Field cherchait à se débarrasser de David Pujadas a enflé. La direction de France Télévisions a dégainé rapidement un « démenti formel » : « Michel Field et David Pujadas sont consternés de toutes ces rumeurs infondées. (…) C’est ensemble qu’ils réfléchissent à faire évoluer Des paroles et des actes. » Résultat, fin mars, le patron de l’info de France Télés annonce la disparition du rendez-vous politique de France 2 qui « a donné tout son jus ». Une nouvelle émission succédera à Des Paroles et des actes à la rentrée et David Pujadas resterait dans les radars pour l’animer… L’avenir de Guilaine Chenu et Françoise Joly, est quant à lui plus incertain. Après seize années aux commandes d’Envoyé spécial, elles céderont leur place à Elise Lucet qui quittera le 13 heures de France 2 pour repenser la case des magazines d’info du jeudi, jugée vieillissante. Les deux femmes pourraient réapparaître à l’antenne lors de « grandes soirées événementielles », d’après France 2.

« Une référence en matière d’escroquerie intellectuelle »

« Michel Field essaie de faire bouger les choses et tant mieux. Il faut renouveler la créativité, même si on sait que c’est un risque énorme, il faut le prendre, sinon, c’est la routine qui s’installe », avance Aliette de Villeneuve, responsable du pôle contenus des programmes au sein de NPA Conseil. « Il y a beaucoup de chantiers menés en parallèle, beaucoup de cases modifiées et en plus, il y a la chaîne info qui arrive. C’est un signal fort de renouvellement qu’envoie Delphine Ernotte. »

La chaîne d’info en continu propre au service public, que France Télévisions lancera conjointement avec Radio France et France 24, est bel et bien le plus grand défi qui attend Michel Field. Ce projet, qui doit se concrétiser en septembre, fait grincer bien des dents. La SNJ de France Télévisions redoute un projet « low-cost » et craint que la « chaine d’information de référence » soit davantage « une référence en matière d’escroquerie intellectuelle ». « La direction de France Télévisions a décidé de saborder la profession de journaliste, soit l’information de Service Public », s’émeut le communiqué.

Michel Field, lui, ne semble pas prêt à flancher. Il a décidé que la nouvelle chaîne s’appellera France Info, comme la radio, ce qui cause là encore des remous à France Télévisions. Mais, pour l’heure, le patron de l’info reste inflexible. Pas question de se laisser distancer par les concurrents en cette année préprésidentielle. Marqué à gauche, Michel Field pourrait-il être débarqué en cas d’alternance à l’Elysée ? « C’est un peu cliché, commente Aliette de Villeneuve. Il est à espérer que cela ne se passera pas comme ça. Il est avant tout un professionnel des médias. »