Prix humour et politique: Cinq petites phrases déjà en lice

POLITIQUE Le jury du Prix Press Club, Humour et Politique 2016 a révéle ce mardi les premières phrases cocasses - volontaires ou non - des personnalités politiques sélectionnées...

F.R. avec AFP

— 

Michel Sapin (à g.) discute avec son homologue slovénien Dusan Mramor, à Bruxelles, le 7 décembre 2015. AFP / JOHN THYS
Michel Sapin (à g.) discute avec son homologue slovénien Dusan Mramor, à Bruxelles, le 7 décembre 2015. AFP / JOHN THYS — AFP

Le PS en force. Le jury du Prix Press Club, Humour et Politique 2016 a révélé mardi sa première sélection de petites phrases de politiques susceptibles de décrocher la timbale et, une fois n’est pas coutume en plein entre-deux-tours des régionales, les socialistes sont en bonne place.

Le jury présidé par Jean Miot, ex-PDG de l’AFP, a sélectionné les phrases suivantes :

 

  • « Le PS ne travaille jamais pour rien ; surtout quand il travaille. » Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement (le 30 juillet sur BFMTV).

 

  • « Ce qui est frustrant, c’est que j’allais y arriver. » François Rebsamen, ancien ministre du Travail reprenant son fauteuil de maire de Dijon, au sujet de la baisse du chômage (dans L’Obs du 26 août).

 

  • « L’égalité homme-femme est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique. » Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, dans son discours au Bourget dans le cadre de la COP21, le 2 décembre.

 

  • « Une croissance nulle conforte nos objectifs en matière de croissance. » Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances (sur France Inter le 14 août).

 

  • « J’ai confiance en Alain Juppé, je pense qu’il a confiance en moi. » Nicolas Sarkozy dans Le Figaro du 14 octobre.

 

Deux prochaines sélections pour cette 14e édition du prix interviendront fin mars et fin juin. Le Grand Prix 2015 avait été décerné à Nicolas Sarkozy pour sa petite phrase : « Pour désespérer de François Bayrou, encore faudrait-il que j’aie un jour placé de l’espoir en lui. »