Attentats à Paris: Un patron de France 2 déplore le manque de réactivité de la chaîne

FRANCE TELEVISIONS «Un débriefing sérieux s’imposera», estime le directeur exécutif, Vincent Meslet, dans les colonnes de «Télé Obs», au sujet du raté de France 2…

Fabien Randanne

— 

Photo d'illustration. Le 13 novembre 2015, des journalistes près du Bataclan.
Photo d'illustration. Le 13 novembre 2015, des journalistes près du Bataclan. — AFP

Vendredi 13 novembre, alors que Paris était meurtri par une vague d’attentats, France 2 a peiné à être réactive pour couvrir les événements. La deuxième chaîne n’a lancé une édition spéciale qu’à 23 h 55, soit plus d’une heure après TF1 (qui a alors diffusé le direct de LCI) et bien après les chaînes d’infos qui évoquaient déjà les attaques avant 22 h.

Dans le numéro de Télé Obs paru ce jeudi, Vincent Meslet, le directeur exécutif raconte : « J’étais à côté du Bataclan, j’ai alerté sur le fait qu’il se passait quelque chose alors que BFMTV ne parlait encore que du Stade de France [trois terroristes ont enclenché leurs ceintures explosives en dehors de l’enceinte, tuant une personne]. Mais depuis qu’a été supprimé le Journal de la nuit, en juin 2013, nous n’avons plus, à cette heure-là, les moyens techniques nécessaires – cameramen, régie… – pour réagir dans l’instant. Les moyens existants étaient mobilisés par le Grand Soir 3 de France 3. » Et de lancer : « Un débriefing sérieux s’imposera. »

Le directeur de la rédaction évincé

Ce raté a peut-être précipité l’éviction d’Eric Monier de son poste de directeur de la rédaction de France 2. Selon Ozap, qui révèle cette information ce jeudi, le départ du journaliste, qui occupait ces fonctions depuis 2010, « était discuté depuis plusieurs semaines » en raison de problèmes relationnels et managériaux. D’après le site spécialisé dans les médias, la nouvelle direction de France Télévisions a acté le départ d’Eric Monier qui pourrait être remplacé par Agnès Vahramian, la rédactrice en chef du 20 Heures et directrice adjointe de la rédaction de France 2.

Ces changements devraient permettre de fixer un nouveau cap à la rédaction de la deuxième chaîne qui a dû souffrir plusieurs polémiques ces dernières semaines (le licenciement du Monsieur Météo Philippe Verdier, le refus de Marine Le Pen d’honorer l’invitation de Des paroles et des actes et le pataquès politico-médiatique qui a suivi…). Vincent Meslet, insiste, lui, dans les pages de Télé Obs, sur « la nécessité de crééer une chaîne info » propre au service public. C’est justement l’un des chantiers phares de Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions.