Le spot anti-corrida qui fait un tabac

Alice Antheaume

— 

Cette vidéo, déjà vue près de 53.000 fois sur Dailymotion, a toutes les raisons de cartonner. Pourquoi? Revue de quatre ingrédients qui boostent une séquence.

- Parce qu’elle parle de corrida, sujet d'éternelle polémique
Le spot, réalisé par la SPA (Société protectrice des animaux), dénonce la corrida, sujet porteur par excellence. Bien qu'en France, la corrida soit autorisée, le débat sur l'interdiction du spectacle est sans cesse remis sur le tapis. Depuis des lustres, il y a les anti et les pro corridas. Mêmes les politiques s’écharpent sur ce thème. Si Dominique Voynet, Corinne Lepage et Laurent Fabius condamnent cette pratique, Ségolène Royal pense que «la corrida est un spectacle magnifique. Je comprends la passion de ceux qui s’enthousiasment pour cela».


Spot contre la corrida - Renaud
envoyé par SPA75

- Parce que Renaud donne de la voix

Tout est fait pour que cette séquence détonne. Tournée en noir et blanc, elle montre des images de taureaux agonisants dans l’arène. Pour en renforcer l’impact, Renaud déclame le commentaire. En optant pour un porte-parole plus «mâle» que Brigitte Bardot, la SPA frappe un grand coup. D’autant que le chanteur ne fait pas les choses à moitié, il s’engage: «nous souhaitons dénoncer la souffrance infligée à un animal, la persistance de cette tradition intolérable dans un pays moderne, la nécessaire prise en compte de l'intérêt supérieur de l'animal face aux traditions archaïques», a dit Renaud aux médias.

- Parce qu’on crie à la censure
Le Bureau de vérification de la publicité (BVP) n'a pas validé la diffusion sur les chaînes télé de ce spot, qui serait «de nature à choquer le public et à porter préjudice à l'ensemble des intervenants du secteur». Visés: les images dites «assez violentes» et les «termes très durs, comme celui de barbarie», justifie-t-on chez BVP. Pourtant, la vidéo a été remanié à trois reprises à la demande du BVP pour ne pas «heurter la sensibilité des plus jeunes», a indiqué la SPA dans un communiqué. «Je suis très en colère et ignorais que le BVP pratiquait une censure aussi scandaleuse», a déclaré Renaud dans une lettre adressée au président du BVP, Jean-Pierre Teyssier, lui demandant «d'accepter la diffusion de ce spot».

- Parce que l’affaire est un véritable feuilleton à rebondissements
L’avis négatif émis par le BVP est d’ordre consultatif, libre ensuite aux chaînes de le suivre ou pas. En attendant, certains en profitent pour se faire entendre: Julien Dray, député socialiste de l’Essonne, «invite les chaînes à diffuser ce clip afin de faire tomber un tabou et de refuser la confiscation du débat public sur la corrida».

Si les chaînes n’ont pas encore osé braver la recommandation du BVP, dans l’arène, la bataille est loin d’être achevée.