Attentats: Pour la presse française, c'était «la guerre en plein Paris»

JOURNAUX Toutes les unes sont évidemment consacrées aux attaques simultanées de Paris...  

N.Bg. avec AFP

— 

Les unes de la presse française en date du 14 novembre 2015.
Les unes de la presse française en date du 14 novembre 2015. — P.Bomwell/Twitter

Ne pas avoir peur des mots. C'était «la guerre en plein Paris» relate la presse française de ce samedi, qui appelle à «faire front» après les attentats simultanés qui ont frappé la capitale vendredi soir, faisant au moins 120 morts.

>> Les témoins racontent leur soirée d'angoisse

«La guerre en plein Paris» titre Le Figaro tandis que Libération évoque des «carnages à Paris», à l'unission des quotidiens régionaux : «Carnages en plein Paris» (L'Ardennais), «Le carnage» (La Dépêche du midi), «Paris en sang» (La Charente libre), «Nuit sanglante dans les rues de Paris» (Le Courrier picard), «L'horreur» (Nice-Matin). «Cette fois, c'est la guerre», renchérit Le Parisien/Aujourd'hui en France.

«La barbarie terroriste a franchi une étape historique»

«La colère et le dégoût: voilà ce qu'inspirent les assassins qui, hier, ont frappé dans Paris avec la lâcheté habituelle des terroristes», écrit Jean-Marie Montali dans l'éditorial du Parisien. Du Parisien à L'Equipe en passant par Les Echos, les sites internet des quotidiens ont relaté les développements d'une soirée d'«horreur» selon les propres termes du président François Hollande. «La barbarie terroriste a franchi une étape historique», écrit le directeur de Libération Laurent Joffrin dans son éditorial.

Onze mois après les attentats de janvier, «le terrorisme a tué à nouveau. A grande échelle. Aveuglément. Sans pitié», souligne Michel Klekowicki dans Le Républicain lorrain. «En quelques minutes; la capitale a été transformée en un lieu où la mort pouvait surgir en plusieurs endroits, de n'importe où», commente Dominique Jung dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

«Paris attaqué. Paris pour cible. Paris une nouvelle fois meurtrie - et de quelle sanglante, terrifiante, oppressante manière !», commente Jean-Claude Souléry dans La Dépêche du midi, ajoutant que «l'état d'urgence résonne déjà comme un signal de guerre».

«Un état de guerre permanent»

Les victimes des attentats de vendredi «sont le témoin terrible et insupportable d'une guerre mondiale dont la France devient contre son gré un des champs de bataille principaux», estime Dominique Garraud de La Charente libre. Pour Philippe Marcacci de l'Est républicain, «la menace terroriste a désormais fait souche sur le sol français. De fait, elle nous installe en un état de guerre permanent». «La France est en guerre», insiste en effet Bruno Dive dans Sud-Ouest et «pour l'heure, il faut faire corps».

Le mot d'ordre d'unité est relayé dans toute la presse. «Au nom des vrais martyrs d'hier, les victimes innocentes, et au nom de la République, la France saura rester unie et faire front», insiste Jean-Marie Montali dans Le Parisien.

«Nous étions Charlie, nous sommes Paris !» s'exclame Jean-Marcel Bouguereau dans la République des Pyrénées. «Nous saurons faire face» promet François Régis Hutin dans son éditorial du quotidien Ouest-France.