Clip sur le harcèlement scolaire: Mélissa Theuriau répond à la colère des profs

POLÉMIQUE La journaliste qui a réalisé la vidéo s'est défendue ce mardi d'avoir cherché à stigmatiser les enseignants...

F.R.

— 

Image extraite du clip «Non Au Harcèlement - Le harcèlement, si on n'en parle pas, ça ne s'arrête pas».
Image extraite du clip «Non Au Harcèlement - Le harcèlement, si on n'en parle pas, ça ne s'arrête pas». — Mélissa Theuriau - Ministère de l'Education nationale

Mélissa Theuriau ne reverra pas sa copie. Alors que le clip de sensibilisation sur la question du harcèlement scolaire, qu’elle a réalisé gracieusement, fait polémique auprès du monde enseignant, la journaliste a répondu ce mardi sur Europe 1 aux détracteurs du projet. Les syndicats de professeurs, tels que le SNUipp-FSU ou le Sgen-CFDT, reprochent à la vidéo d’être « hors sujet et méprisante », en mettant en scène « une enseignante pédagogiquement caricaturale ».

« Je montre une institutrice, qui a le dos tourné comme tous les professeurs et les instituteurs qui font un cours à des enfants, et qui ne voit pas dans son dos une situation d’isolement, une petite situation qui est en train de s’installer et qui arrive tous les jours dans toutes les salles de classe de ce pays et des autres pays », s’est défendue Mélissa Theuriau.

« Si tous les instituteurs étaient réactifs… »

« Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l’isolement, on n’aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement, on n’aurait pas 700.000 enfants par an en souffrance. (…) On n’aurait pas non plus des situations de drames et de suicide qui peuvent arriver aussi parce qu’on n’arrive pas à parler aux adultes de cette solitude et de ce sentiment d’injustice », a-t-elle insisté.

Ce clip, commandé par le gouvernement, est destiné aux 7 – 11 ans. Il montre un écolier roux, visé par les boulettes et insultes de ses camarades alors que l’enseignante a le dos tourné. Une écolière murmure à l’enfant malmené qu’il doit en parler pour que cela s’arrête. Il doit être diffusé sur les chaînes du groupe France Télévisions et être projeté au cinéma avant le film d’animation Le Voyage d’Arlo, à l’occasion de la Journée nationale contre le harcèlement à l’école, le 5 novembre. Les syndicats de professeurs exigent, eux, le retrait de cette campagne.

Le ministère de l’Education déplore « que certains enseignants puissent se sentir blessés », mais est décidé à maintenir la diffusion du clip. « Les professionnels de l’éducation jouent évidemment un rôle fondamental, tant dans la prévention que dans la prise en charge du harcèlement », rappelle le ministère.