Une rencontre entre Newen et France Télévisions se serait «mal déroulée»

AUDIOVISUEL La société de production de «Plus belle la vie» et «Candice Renoir» est en négociations avec TF1...

20 Minutes avec AFP
— 
Delphine Ernotte, le 28 octobre 2015.
Delphine Ernotte, le 28 octobre 2015. — SIPA

Annonce choc, coups bas et psychodrames… Le projet de partenariat entre le groupe TF1 et la société de production Newen commence à être aussi riche en rebondissements qu’un épisode de Plus belle la vie. Ce lundi, Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, et Fabrice Larue, le PDG de Newen, se sont rencontrés et cela se serait « mal déroulé ».

La perspective du rachat de Newen, qui produit entre autres Plus belle la vie, par le groupe TF1, met le service public dans tous ses états depuis jeudi. « On est très attachés à ces programmes (…) et on ne va pas se laisser piquer nos marques par TF1 », déclare une porte-parole de France Télévisions. «La redevance ne doit pas servir à consolider le cours en Bourse de TF1 », ajoute-t-elle. Le groupe Newen, lui, se mure dans le silence pour le moment.

Aucune « proposition sérieuse »

Fabrice Larue ne serait pas parvenu à rassurer France Télévisions, qui déplore n’avoir reçu aucune « proposition sérieuse » pour préserver ses intérêts. Il faut dire que Newen est à l’origine d’émissions telles que Les Maternelles ou Le Magazine de la santé, produit des fictions comme Candice Renoir ou Le Sang de la vigne et livre des reportages à Envoyé Spécial ou Des racines et des ailes. Si bien que, selon France Télévisions, Newen lui doit les deux tiers de son chiffre d’affaires. Et cela, avec le concours de la redevance.

TF1 et Newen avaient révélé jeudi être « en négociation exclusive », « afin de nouer un partenariat dans le domaine de la production et de la distribution de droits audiovisuels ». Le groupe TF1 pourrait ainsi prendre une participation majoritaire dans Newen. France Télévisions a riposté en annonçant « suspendre les développements et les projets » avec Newen et se réserver « tous ses droits à agir ». Dimanche, les salariés de trois filiales de Newen, dont l’agence Capa, ont cosigné un communiqué pour exprimer « leur vive inquiétude » et rappeler leur attachement au service public. La suite ? Au prochain épisode…