Echecs d'audience, déprogrammations... NRJ12 a raté son coup de jeune sur ses programmes

TÉLÉVISION La chaîne, qui a déprogrammé « Les ieuvs » ce lundi, peine à imposer ses nouveautés…

Fabien Randanne

— 

Une partie des participants de «Coup de jeune à Végas, les ieuvs font leur show», émission déprogrammée par NRJ12.
Une partie des participants de «Coup de jeune à Végas, les ieuvs font leur show», émission déprogrammée par NRJ12. — NRJ12

NRJ 12 pensait faire du neuf avec des « ieuvs », mais ça n’a pas marché. Lundi, la chaîne à annoncé la déprogrammation de l’émission de téléréalité Coup de jeune à Vegas, les ieuvs font leur show, une semaine après son lancement. En cause : des audiences catastrophiques. Ce programme était censé suivre des retraités au cours de la préparation de leur spectacle rock à Las Vegas ainsi que leur cohabitation, sous le soleil du Nevada, avec des jeunes. Un concept qui n’a pas attiré les foules puisqu’il a, au mieux, rassemblé 167.000 téléspectateurs (1,3 % de parts d’audience, pda) lundi dernier et au pire, 68.000 personnes (0,6 % de pda), jeudi.

Cette déprogrammation s’ajoute à celle de L’Académie des 9. Les audiences de la version customisée du jeu télé vieille école, animée par Benjamin Castaldi, ne lui ont pas permis de s’inscrire durablement dans la grille des programmes en semaine. Elle a été reléguée à la case de l’access prime-time du dimanche soir. Autre mauvaise nouvelle pour la chaîne de la TNT, le Labo de Damidot, sur laquelle elle misait beaucoup, a enregistré un score décevant pour son lancement, en ne captant l’attention que de 123.000 téléspectateurs (0,7 % de pda), dimanche en fin d’après-midi.

Un format peut être trop « décalé »

Le pire, c’est que ces trois programmes étaient ceux que NRJ 12 avait particulièrement mis en avant lors de sa conférence de rentrée, en affichant sa volonté d’élargir son audience sans tourner le dos complètement à la téléréalité qui dynamise ses audiences. « Il est toujours difficile d’installer de nouveaux programmes et de nouvelles personnalités, même si elles sont connues, dans des cases où la concurrence est très forte, comme ce fut le cas pour L’Académie des 9 en access », analyse Aliette De Villeneuve, responsable du pôle contenus et marketing des programmes au sein de NPA Conseil. « Coup de jeune…, c’est un format nouveau, assez original et décalé, cela n’est pas passé. D’autant plus qu’en face, sur NT1, Secret Story s’installait de manière durable », poursuit-elle.

Avoir débauché des animateurs « stars » du côté de la concurrence n’a pas non plus payé. « Leur célébrité n’a pas permis de compenser l’aspect concurrentiel. Mais Valérie Damidot et Benjamin Castaldi sont deux belles têtes d’affiches et NRJ12 peut espérer rebondir avec elles », nuance la spécialiste du marketing des programmes.

La satisfaction Morandini

Conséquence de cette série d’échecs, le groupe NRJ serait sur le point de licencier Bruno Fallot, le directeur des programmes de NRJ12, un an à peine après sa prise de poste, à en croire Puremédias. Le site laisse aussi entendre que Vincent Broussard, responsable du pôle télé du groupe, pourrait également faire ses valises. NRJ, contacté par 20 Minutes, assure que la direction actuelle est toujours en place et n’a pas souhaité commenter davantage ces assertions.

Dans cette succession de contre-performances, NRJ 12 peut tout de même se réjouir de l’audience satisfaisante réalisée par le premier numéro de Face à France, le talk-show de Jean-Marc Morandini, suivi mardi dernier par 380.000 téléspectateurs (3,5 % de pda). L’animateur emblématique de la chaîne est l’exception qui confirme la règle puisqu’il a semble-t-il réussi à capter l’attention du public avec un nouveau rendez-vous, qui est une resucée de l’émission du même nom lancée dans les années 1980.