VIDEO. Canal+: Pour son retour à l'antenne, «Groland» se moque de Bolloré

TELEVISION Le patron est rebaptisé «Monsieur le colérique» dans le tout premier numéro de l'émission...

M.P.

— 

Jules-Edouard Moustic en Bigouden.
Jules-Edouard Moustic en Bigouden. — Capture d'écran

La prise de pouvoir mouvementée de Bolloré à Canal + est arrivée jusqu’à « Groland ». Ce samedi, l’émission satirique, pour son grand retour, s’est payé son patron, en montrant les journalistes apeurés face au nouveau patron « Vincent Le Colérique », dont le nom de famille n’est jamais prononcé.

>> A lire aussi : Canal + : Pourquoi Bolloré casse tout

Dès les premières secondes, on voit Jules-Edouard Moustic habillé en bigouden bretonne, qui embraie par : « Comme vous pouvez le voir, il y a eu quelques changements a la tête de notre chaîne. Beaucoup de grolandais se méfient de notre nouveau patron breton. Il est fort décrié. A tort ». La preuve, il a envoyé son meilleur limier dénicher un « scoop » sur « Vincent Le Colérique ». « Jaloux de notre indépendance, nous avons décidé de tester ses nerfs », insiste Jules-Edouard.

On retrouve alors un Michael Kael trempé de sueur qui, plutôt que d’enquêter comme ses confrères sur les activités de son patron dans le port d’Abdjan, sujet « maintes fois rebattus par des collègues aujourd’hui disparus »... préfère enquêter à Paris. Il monte alors dans une Autolib, voiture produite par Bolloré. « Quel silence, quelle propreté ! », s’exclame-t-il pour se rendre dans la cuisine d’un chef breton. Et révéler, littéralement liquéfié, le « scoop mondial » du secret du Kouign-amann, la célèbre pâtisserie bretonne.

A voir par ici :

Made in Groland - Emission du 24/10