«Le Parisien»: Le rachat par LVMH autorisé par l'Autorité de la concurrence

PRESSE En mai dernier, la proposition du groupe de luxe, qui possède aussi Les Echos, était estimée à 50 millions d’euros...

20 Minutes avec agence

— 

Le siège du «Parisien - Aujourd'hui en France» à Saint-Ouen en 2009.
Le siège du «Parisien - Aujourd'hui en France» à Saint-Ouen en 2009. — SIMON ISABELLE/SIPA

L’Autorité de la concurrence vient, ce mercredi, de donner son feu vert au rachat des titres de presse Le Parisien et Aujourd’hui en France par le groupe de luxe LVMH. Et cela « sans conditions ».

« A l’issue d’une consultation des acteurs des secteurs concernés, l’Autorité a écarté les risques concurrentiels sur les différents marchés (lectorat et publicité) », a expliqué le gendarme de la concurrence, dans un communiqué.

 

>> A lire aussi : Pourquoi LVMH veut racheter « Le Parisien » ?

Vers 10 millions de visiteurs uniques sur le numérique

LVMH, déjà propriétaire du quotidien économique Les Echos et de l’hebdomadaire Investir-Le Journal des Finances, avait annoncé, en mai, son intention de racheter Le Parisien-Aujourd’hui en France, deuxième quotidien français appartenant au groupe Amaury.

LVMH aurait, selon Le Figaro, proposé 50 millions d’euros pour acquérir le quotidien, ainsi que la filiale de distribution Proximy. En mai, le quotidien estimait que si l’offre de LVMH était acceptée, les deux titres que sont Les Echos et Le Parisien ne pèseraient pas moins de 335 millions d’euros et représenteraient 10 millions de visiteurs uniques sur le numérique.