Parité: Le magazine «Elle» fait disparaître les hommes des photos officielles

INEGALITES Dans une vidéo créée à l’occasion de la campagne #ElleFeminism, Angela Merkel ou Lena Dunham semblent bien seules au pouvoir…

20 Minutes avec agence

— 

Le magazine Elle a lancé, début octobre 2015, la campagne #ElleFeminism et postée une vidéo dans laquelle les hommes sont effacés des photos officielles.
Le magazine Elle a lancé, début octobre 2015, la campagne #ElleFeminism et postée une vidéo dans laquelle les hommes sont effacés des photos officielles. — Elle/Twitter

L’édition britannique du magazine Elle a lancé, début octobre, la campagne #ElleFeminism. Et la vidéo postée à cette occasion sur le Web, dans laquelle les hommes sont effacés des photos officielles, est éloquente. Que ce soit à la Maison Blanche ou aux Nations unies, comme sur les plateaux télé, le constat saute aux yeux : une fois les hommes effacés, les femmes se retrouvent souvent bien seules.

Ainsi, apparaissent l’actrice Lena Dunham seule en scène devant les caméras, Emma Watson sans plus personne pour écouter son discours féministe à l’ONU ou encore la chancelière Angela Merkel et la reine d’Angleterre bien mal à l’aise au milieu de chaises vides.

Les femmes retirées du cortège républicain du 11 janvier, à Paris

Une preuve de plus, s’il en fallait, pour montre que femmes et hommes sont loin d’être égaux quand il s’agit d’occuper les postes dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Pour rappel, les inégalités hommes-femmes sans le secteur de l’entreprise ont d'ailleurs à nouveau été dénoncées en France par le récent rapport sur la Féminisation des instances dirigeantes, présenté par la secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes Pascale Boistard.

 

Quant à la campagne du magazine Elle, elle fait écho à la polémique provoquée par la une du journal israélien orthodoxe HaMevasser, qui au lendemain de la marche républicaine parisienne du 11 janvier en réaction aux attentats en France, avait retiré de la photo les femmes présentent dans le cortège des dirigeants du monde. En réaction, un média satirique irlandais avait alors réalisé un autre montage où tous les hommes disparaissaient.