France 2: Le M. Météo, accusé d'être «climatosceptique», est en «congés forcés»

ENVIRONNEMENT Philippe Verdier, qui relativise le réchauffement climatique dans un livre, n'est plus à l'antenne depuis lundi...

T.L.G.

— 

Philippe Verdier, 2013.
Philippe Verdier, 2013. — BERTRAND GUAY / AFP

L’avenir de Philippe Verdier pourrait s’être obscurci à France 2. Le monsieur Météo de la chaîne publique serait dans le collimateur de la direction après la publication d’un livre relativisant le réchauffement climatique. Depuis lundi, le présentateur n’est plus à l’antenne. Certains médias évoquent une possible sanction, non confirmée par France 2. 20 Minutes fait le point.

>> A lire aussi : «J’ai reçu un courrier qui me demande de ne pas venir», assure Philippe Verdier

Que dit Philippe Verdier sur le réchauffement climatique ?

Début octobre, le chef du service Météo de France 2 sort « Climat investigation » aux Editions Ring. Il y démonte les angoisses autour du réchauffement climatique. « Nous sommes otages d’un scandale planétaire sur le réchauffement climatique. Une machine de guerre destinée à nous maintenir dans la peur », assure-t-il dans une vidéo de promotion de l’ouvrage.

Selon lui, « à la base, il y a les scientifiques manipulés et politisés (…), des politiques qui ne servent que leur image (…), des médias aveuglés qui s’emballent (…), des ONG mercantiles et des religions en quête de nouveaux crédos ».

Philippe Verdier met notamment en cause la probité du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec). Ce groupe, qui rassemble des centaines de scientifiques, fait la synthèse des études existante pour préparer les négociations internationales sur le climat en vue de la Conférence de Paris.

Un climato sceptique ?

Philippe Verdier se défend d’être un climatosceptique et assure vouloir « prendre un peu de distance » avec les rapports sur l’évolution du climat du Giec. Pourtant, depuis la sortie du livre, l’homme est critiqué par certains médias et personnalités politiques. Interrogé sur la question au Grand Journal, NKM avait qualifié de « connards » les climato-sceptiques. Télérama le classait sous cette étiquette dans un papier, en citant une phrase de son ouvrage : « Nous sommes indubitablement sur un plateau du réchauffement et la variabilité cyclique du climat ne nous permet pas d’envisager si le rythme naturel va demain nous entraîner vers une baisse, une stagnation ou une hausse ».

Lundi, le présentateur répondait sur Twitter à un article du Monde, qui démontait les arguments avancés dans son livre.

Congés prolongés ou sanctions ?

Philippe Verdier n’était pas à l’antenne lundi et n’est plus apparu depuis. La direction de France Télévisions a également refusé tout commentaire. « Il est en congé », a indiqué France 2, sans préciser la date du retour.

Selon le site puremedias.com, la direction de France 2 n’aurait pas apprécié les sorties de son chef météo. Ni la lettre très critique adressée à François Hollande, publiée par Le Point, à quelques semaines de la conférence sur le climat.

« Vos services de stratégie vous ont informé qu’elle ne servira à rien comme les vingt précédentes. Alors pourquoi continuer à feindre un sauvetage de la planète ? Vous, président de la République, ne pouvez pas cautionner les scientifiques ultra-politisés du GIEC, les lobbies d’entreprises, les ONG environnementales, ni les chefs religieux autoproclamés nouveaux apôtres du climat », écrivait-il au chef de l’Etat.

« J’ai reçu des coups de fils, le livre n’est pas apprécié à la direction de France Télévisions, c’est un fait. Il se trouve que l’actionnaire de France Télévisions c’est l’Etat. Il se trouve que c’est aussi l’Etat qui organise la Cop21. Je suis conscient que ça ne fait pas plaisir à mes patrons, qui ont des pressions », expliquait l’intéressé à RMC début octobre.

Puremedias affirme que France 2 aurait demandé à Philippe Verdier de ne pas associer la chaîne à ses thèses. Le présentateur météo a depuis changé sa présentation Twitter. « Météo à TV en France (je ne peux pas en dire davantage) ».