L'Express prévoit un plan social pour 125 salariés

MEDIAS Le groupe a été racheté par Patrick Drahi en début d’année…

A.G. avec AFP
— 
Patrick Drahi qui vient d'acheter l'Express et Libération lors d'une cérémonie à Jérusalem, le 18 mars 2015
Patrick Drahi qui vient d'acheter l'Express et Libération lors d'une cérémonie à Jérusalem, le 18 mars 2015 — Martin Bureau AFP

Le nouveau propriétaire du groupe L'Express, le groupe Altice de Patrick Drahi, annoncera ce lundi aux salariés un plan social prévoyant le départ de 125 salariés, a-t-on appris ce vendredi de source proche du dossier, confirmant une information du magazine Challenges.

Ce plan s'ajoutera aux quelque 115 départs volontaires dans le cadre de la clause de cession, qui permet aux journalistes de partir avec des indemnisations améliorées.

Une quarantaine de journalistes et 85 non-journalistes visés par le plan social

Au final, l'ex-groupe Express-Expansion emploiera environ 500 salariés, contre près de 700 quand Patrick Drahi l'a acheté au groupe belge Roularta en début d'année, selon la même source proche du dossier. Interrogée la direction du groupe s'est refusée à tout commentaire.

Marc Laufer, directeur général et patron opérationnel d'Altice Media France, a transmis mercredi aux élus du personnel le détail de ce PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) qui prévoit le départ de 125 salariés, dont une quarantaine de titulaires de la carte de presse et quelque 85 non-journalistes (commerciaux, spécialistes du web, administratifs...).

Fermeture de deux titres

Sur ce total, une vingtaine de départs sont prévus au sein de l'hebdomadaire L'Express, dont une quinzaine de journalistes rédacteurs. Il resterait après ce plan social et les départs liés à la clause de cession 75 journalistes rédacteurs dans l'hebdomadaire et son site.

Altice compte aussi fermer deux titres, Maison française et Décoration Internationale, et faire paraître les magazines déco (Côté sud, Côté ouest...) moins souvent. Il veut aussi filialiser L'Etudiant en renforçant les événements et filialiser la régie publicitaire, selon une source interne. Les titres du pôle culture (Classica, Studio Ciné Live) seraient peu touchés.

Stratégie « suicidaire »

Le 8 septembre, la Société des journalistes de L'Express avait accusé Parick Drahi de stratégie "suicidaire" pour le magazine, estimant que la qualité de l'hebdomadaire s'était dégradée depuis sa prise de contrôle.

Le groupe Altice veut rétablir dès 2016 l'équilibre d'exploitation de ses actifs médias, l'ex-groupe Express-Expansion, Libération et la chaîne d'information i24 News.

En 2015, l'ex groupe L'Express-L'Expansion va perdre quelque 12 millions d'euros, mais Libération, dont les effectifs ont été réduits d'une centaine sur 240 (-40%) depuis son rachat par Patrick Drahi, devrait réduire très nettement ses pertes après une perte de 9 millions en 2014, selon une source proche du dossier.

Comme la plupart des magazines, L'Express, deuxième news magazine français après L'Obs, a vu ses recettes publicitaires baisser et ses ventes s'effriter depuis trois ans, avec un recul de 6% depuis douze mois, à 387.367 exemplaires.